Malgré la pandémie et la fermeture des salles de cinéma, les 19es Sommets du cinéma d’animation auront lieu, en ligne, du 1er au 6 décembre. Mais ce sera une édition fragmentée, en deux temps. Car faute de pouvoir ouvrir les salles, les organisateurs ont préféré repousser au printemps la projection des films en compétition.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

« On peut se dire qu’il est facile de faire passer les courts métrages sur le web. Mais nous tenions à des projections en salle, là où la qualité des projections sera optimale », résume le directeur artistique des Sommets, Marco de Blois.

Les créateurs et les ayants droit sont très réceptifs à ce choix, ajoute ce dernier.

M. de Blois indique aussi qu’après quatre mois de festivals de cinéma ininterrompus en ligne, une certaine lassitude s’est installée. À ses yeux, le moment était bien choisi pour trouver une formule plus originale.

Ajoutons à cela que la tenue annuelle des Sommets à la Cinémathèque québécoise attire bon nombre de spectateurs fidèles et enthousiastes. L’évènement est couru !

À noter toutefois que les membres du jury auront, eux, eu la chance de voir tous les films inscrits dans les différentes compétitions. Ils dévoileront même le palmarès des films et artisans lauréats au cours d’un gala à voir en ligne le dimanche 6 décembre à 17 h.

Que voir, alors ?

Cela dit, les autres éléments du festival, à la fois divertissants et instructifs, seront mis gratuitement à la disposition du public à compter du 1er décembre. « Il y aura des évènements tous les jours », assure Marco de Blois

Ce sera le cas de la section « Compétition internationale de films très courts », qui sera accessible sur le site web de La Fabrique culturelle (lafabriqueculturelle.tv). Au total, 20 des 38 œuvres de cette section seront projetées en ligne. Et lorsqu’on parle de films très courts, c’est, dans le cas présent, des œuvres d’entre 38 et 148… secondes.

Foi des organisateurs, cette compétition constitue le segment de l’évènement où « il est impossible de s’ennuyer ». Le public aura par ailleurs accès, sur la page Facebook du festival (et en différé le lendemain sur son canal YouTube), à la majorité des activités du volet professionnel.

PHOTO FOURNIE PAR LES SOMMETS DU CINÉMA D’ANIMATION

Martine Chartrand sera honorée durant les Sommets.

Ainsi, le mercredi 2 décembre à 13 h, le cinéaste Patrick Bouchard donnera une leçon de cinéma. Ce dernier, rappelons-le, est allé à Cannes en 2018 avec son film Le sujet. M. Bouchard a aussi signé la bande-annonce des présents Sommets.

En raison de la pandémie, il a fait ça dans son sous-sol avec les moyens du bord, quelques bouts de ficelle, et le résultat est formidable.

Marco de Blois, directeur artistique des Sommets du cinéma d’animation

Le vendredi 4 décembre à 14 h, participez à la table ronde « Un sherpa pour la course aux Oscars ». Comme son nom l’indique, il sera question des étapes à suivre pour envoyer son œuvre dans le gala de cinéma le plus important de l’année.

Le samedi 5 à 16 h, on pourra assister à la cérémonie annuelle de la remise du prix René-Jodoin qui salue la « démarche, le rayonnement, le succès et l’engagement d’une personnalité de l’animation canadienne ». Celui-ci sera remis à Martine Chartrand, dont les films Âme noire et McPherson célèbrent l’identité noire. À noter que la cinéaste travaille avec la technique de la peinture sur verre, ce qui donne une texture singulière aux images de ses œuvres.

Consultez le site des Sommets du cinéma d’animation