Le photographe Vincent Munier invite l’écrivain Sylvain Tesson à partir à la recherche de la rare panthère des neiges dans les hauteurs du Tibet. La cinéaste Marie Amiguet se joint à eux pour documenter l’expédition. Il en est résulté un superbe album de photographies, un livre couronné du prix Renaudot et, maintenant, un film particulièrement splendide.

Publié le 20 mai
Marie Tison
Marie Tison La Presse

Les paysages du Tibet sont sauvages et grandioses. C’est ainsi que chaque scène de La panthère des neiges prend l’aspect d’un tableau de grand maître. Dans ce grand territoire peu fréquenté par les humains, sinon par quelques nomades qui font partie de ce rude écosystème, Vincent Munier et Sylvain Tesson parlent peu. Et lorsqu’ils le font, c’est en chuchotant. Vêtus de vêtements de camouflage, ils se fondent dans l’environnement.

Ils sont à l’affût, et nous le sommes aussi, avec eux. Vincent Munier est le mentor, c’est lui qui initie Sylvain Tesson à cet art de l’anticipation. Il faut comprendre l’animal, prévoir ses déplacements, son comportement. Puis se dissimuler. Place au silence, à l’attente, à l’observation.

En voix hors champ, Sylvain Tesson fait quelques commentaires, brefs, précis, élégants, souvent tirés de son livre, également intitulé La panthère des neiges. Il évoque le « théâtre de marionnettes de l’homme, absurde et effroyable », il parle de la patience, « la vertu la plus élégante et la plus oubliée », il oppose le « tout, tout de suite » de l’existence moderne au « sans doute rien » de l’affût.

Heureusement, les montagnes arides du Tibet recèlent une faune unique, que Vincent Munier et Marie Amiguet filment avec vénération.

On perçoit la chaude expiration de cerfs dans l’air glacial du petit matin, on observe l’expression cruelle d’un chat de Pallas, si mignon à première vue, on constate l’aspect féroce du renard tibétain.

Et la panthère des neiges ? Vincent Munier et Sylvain Tesson trouvent des traces sur le sol, une caméra automatique filme l’animal. La panthère est là. Elle observe les hommes. Ceux-ci finiront-ils par l’apercevoir ? L’expédition doit bientôt prendre fin, Sylvain Tesson commence à modérer ses espoirs, à se faire une raison.

La panthère des neiges gagne à être vu sur grand écran afin de s’imprégner profondément de cette communion avec la nature, de cette sérénité, mais aussi de moments d’humour qui ponctuent cette grande quête.

En salle

Consultez l’horaire du film
La panthère des neiges

Documentaire

La panthère des neiges

Marie Amiguet et Vincent Munier

Avec Sylvain Tesson, Vincent Munier

93 minutes
En salle