Devenue adulte, Odette exprime sa colère à travers la danse, un art qu’elle exerce depuis son tout jeune âge. Quand elle était enfant, un ami très proche de ses parents aimait bien jouer « aux chatouilles » avec elle…

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Les chatouilles aurait pu être un film lourdement démonstratif. En transposant dans un long métrage le spectacle à caractère autobiographique qu’elle a présenté sur scène en France, Andréa Bescond a au contraire choisi une approche plus onirique, à travers laquelle les souvenirs s’entrechoquent. De façon astucieuse, l’adulte qu’elle est aujourd’hui — son alter ego, en fait — peut même regarder parfois en témoin les événements traumatiques qu’elle a vécus dans l’enfance.

Ayant coécrit le scénario avec Eric Métayer, qui signe aussi ce film en coréalisation avec sa partenaire, Andréa Bescond utilise ainsi les outils du cinéma pour illustrer les mécanismes mentaux dans lesquels est coincée une personne victime de violences sexuelles, même des décennies plus tard. Sa révolte s’exprime aussi à travers l’art de la danse. En se racontant pour la première fois face à une psy (Carole Franck), qui transgresse parfois le cadre de son bureau pour se retrouver dans les univers que visite sa patiente, la petite Odette, devenue grande, libère sa parole pour, peut-être, atteindre une forme de résilience.

IMAGE FOURNIE PAR A-Z FILMS

Les chatouilles

Dans ce scénario, qui a remporté le César de la meilleure adaptation l’an dernier, la réalisatrice, aussi interprète du rôle principal, illustre non seulement le modus operandi d’un pédophile (Pierre Deladonchamps est formidable dans un rôle ingrat), mais elle évoque aussi l’impact qu’a la révélation de ces traumatismes auprès des proches. En incarnant la mère qui ne veut pas croire aux agissements ignobles d’un ami aussi proche de la famille, Karin Viard, lauréate du César de la meilleure actrice dans un second rôle, livre ici une composition saisissante. L’ensemble est parfois un peu appuyé, mais reste d’une puissance indéniable.

À l’heure où la question de la pédocriminalité figure tristement au cœur de l’actualité, Les chatouilles ne pourrait être plus pertinent.

★★★½

Les chatouilles. Drame d’Andréa Bescond et Éric Metayer. Avec Andréa Bescond, Karin Viard, Clovis Cornillac. 1 h 43.

> Consultez l’horaire du film : https://ouvoir.ca/2018/les-chatouilles