Une jeune adolescente vit une incroyable aventure lorsqu’elle parvient à se rendre sur la lune, à la recherche de la légendaire déesse chinoise Chang’e. Elle espère prouver son existence afin d’empêcher son père de se remarier.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

Dans plusieurs films d’animation, la peine éprouvée par un enfant qui a perdu un ou ses deux parents sert de moteur pour faire évoluer les personnages. Cette production musicale se classe dans cette catégorie. Loin d’être triste, celle-ci nous entraîne dans une aventure spatiale colorée, à la recherche du bonheur, qui n’est pas celui que l’on croit. Surtout, le film ouvre la porte de façon inédite sur la culture chinoise et la légende de la déesse de la lune Chang’e.

Il s’agit d’une première production commune de Netflix et de Pearl Studio (Abominable), dont les sièges sociaux se trouvent respectivement à Los Gatos, en Californie, et à Shanghai, en Chine. À la tête de cet ambitieux projet se trouve une équipe multiculturelle chevronnée, qui regroupe notamment les productrices Gennie Rim et Peilin Chou, qui ont fait leurs classes en animation chez Disney, ainsi que le réalisateur Glen Keane. Ce dernier est un illustrateur de renom qui a donné vie à des personnages archiconnus tels qu’Ariel, la Bête, Aladdin, Pocahontas, Tarzan et Raiponce, dans des classiques de Disney, avant de lancer sa maison de production (Duet, Dear Basketball).

La distribution du film est entièrement d’origine asiatique. Phillipa Soo (comédie musicale Hamilton), se distingue dans le rôle de la déesse de la lune Chang’e, qui est désespérément seule et ne désire que retrouver son amoureux depuis longtemps disparu. Elle a l’occasion de mettre en valeur sa voix dans quatre des neuf chansons originales. Les costumes fabuleux de la déesse, dans de riches tissus colorés, ont été conçus par la créatrice de mode chinoise Guo Pei.

ILLUSTRATION FOURNIE PAR NETFLIX

Over the Moon, de Glen Keane

Cathy Ang interprète la jeune Fei Fei, qui ne veut pas que son père (John Cho) se remarie avec Mrs Zhong (Sandra Oh). Cette dernière a un fils d’une énergie ahurissante, Chin (Robert G. Chiu), qui accompagne l’adolescente dans l’espace et fait tout en son pouvoir pour l’aider. Cela inclut la dispute d’une partie de ping-pong époustouflante avec Chang’e. Un adorable lapin ajoute une touche d’humour, tout comme une créature bizarre aux allures de chien, Gobi, interprétée par l’humoriste Ken Jeong (série The Hangover, Crazy Rich Asians). Sa présence aux côtés de l’héroïne rappelle un peu trop celle de l’adorable bonhomme de neige Olaf (série Frozen) et il n’est pas aussi drôle.

Très beau visuellement, avec un grand soin apporté aux détails, le film d’animation touche droit au cœur en mettant l’accent sur la famille. Il est dédié à Audrey Wells, qui s’est éteinte il y a deux ans et se savait atteinte du cancer lorsqu’elle a écrit le scénario. Son message d’ouverture à l’amour et à ce que la vie nous réserve transcende les cultures et n’en résonne que plus fort.

Over the Moon est présenté sur Netflix.

★★★½

Over the Moon (Voyage vers la lune). Film d’animation de Glen Keane. Avec Cathy Ang, Phillipa Soo, Ken Jeong, Sandra Oh. 1 h 40.