Quelques années après la fin de la Seconde Guerre mondiale, une femme d’origine roumaine ayant refait sa vie aux États-Unis a le sentiment d’avoir retrouvé le bourreau nazi qui avait tué sa sœur et l’avait agressée. Dès lors, elle le capture pour assouvir sa soif de vengeance.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Les années 50 aux États-Unis constituent un magnifique terreau pour le cinéma. La guerre est terminée. L’économie tourne à plein régime. Les familles parfaites à la Papa a raison sont teintées de légèreté, de bien-être, d’insouciance.

Or, rien n’est plus faux !

Car tous, qu’ils soient allés à la guerre ou non, portent leurs blessures, leurs secrets, leur part d’ombre. C’est aussi le cas de Maja (Noomi Rapace), héroïne de ce film efficace en dépit d’une mise en scène circonscrite à quelques lieux et d’un scénario qui ne pèche pas par son originalité.

Victime de la guerre, Maja a menti à son mari Lewis (Messina) sur son parcours de vie. La vérité éclate le jour où elle kidnappe Thomas (Kinnaman), ouvrier travaillant dans la ville industrielle anonyme où Maja et Lewis sont installés avec leur fils.

Au-delà des secrets que chacun garde pour soi dans cette histoire, on ressent, en sous-texte, de forts relents de maccarthysme, période aussi traumatisante que fascinante où, sous le vernis du rêve américain, tout le monde est sur ses gardes. Sous les sourires engageants, chaque citoyen surveille ses arrières et espionne un peu son voisin.

Que la finale se déroule un 4 juillet avec une Maja habillée à la Jackie Kennedy cadre parfaitement avec l’ensemble du scénario. Une fin en forme de faux happy end.

IMAGE FOURNIE PAR ENTRACT FILMS

The Secrets We Keep, de Yuval Adler

À défaut d’un grand déploiement, on mise sur une tension palpable qui traverse le film de part en part. Les dialogues captent l’attention. La direction artistique a soigné les détails. Enfin, il est bon de voir Noomi Rapace sortir du cadre des films d’action à la Millenium auxquels on l’identifie. Son jeu est juste et convaincant.

Ce n’est pas un grand film, mais il s’agit certes d’un très bon divertissement.

The Secrets We Keep prend l’affiche en vidéo sur demande.

★★★

The Secrets We Keep. Drame de Yuval Adler. Avec Noomi Rapace, Joel Kinnaman, Chris Messina. 1 h 38.