Pour respecter les dernières volontés de sa conjointe, morte récemment, un homme doit se rendre sur la côte belge avec sa fille transgenre, âgée de 18 ans, qu’il n’a pas vue depuis deux ans.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

En guise de deuxième long métrage, le cinéaste belge Laurent Micheli (Even Lovers Get the Blues) propose une histoire construite autour du conflit entre une jeune femme transgenre à peine sortie de l’adolescence, Lola, et son père, incapable d’accepter la nature de celle qui fut d’abord pour lui un fils.

Le récit se déploie sur deux pôles. Il y a d’abord, plus frontalement, la relation entre le père et sa fille, éminemment conflictuelle et teintée d’incompréhension. En filigrane se dessine aussi le portrait d’une femme — maintenant disparue — qui appuyait les démarches de transformation de sa fille en secret, à l’insu d’un mari qui découvre maintenant un autre aspect de l’existence de celle qu’il aimait. Dépassé par les évènements, l’homme a du mal à faire ses deuils. Autant celui lié à sa femme qu’au garçon qu’il a élevé.

Le portrait que brosse Micheli est sans compromis, parfois d’une violence verbale saisissante, mais évite néanmoins tout manichéisme, malgré les apparences. La toute première rencontre entre Lola et son père, au moment où l’on rend hommage à la défunte, est déjà très évocatrice. Si la colère existentielle de la jeune fille est plus explosive, celle, d’abord plus en retenue, du père est toute aussi éloquente. Et rageuse.

IMAGE FOURNIE PAR AXIA FILMS

Lola vers la mer, un film de Laurent Micheli

En se glissant dans la peau de ce père brisé de partout, Benoît Magimel offre une performance remarquable dans un rôle ingrat. Face à lui, la jeune Mya Bollaers, une actrice transgenre qui fait ici ses débuts à l’écran, est une révélation. Cet excellent duo porte à bout de bras ce beau film, sensible et délicat.

Présenté l’an dernier au festival Cinemania de Montréal, Lola vers la mer a valu à Mya Bollaers le trophée Magritte du meilleur jeune espoir féminin lors de la cérémonie célébrant le cinéma belge.

★★★½

Lola vers la mer. Drame de Laurent Micheli. Avec Mya Bollaers, Benoît Magimel, Els Deceukelier. 1 h 30.

> Consultez l’horaire du film