En 2004, David John Shaw, dit Dave, établit un record de plongée à 270 m de profondeur dans la fosse de Boesman, en Afrique du Sud. Du coup, il retrouve Deon Dreyer, disparu au même endroit 10 ans plus tôt. Dave organise alors une expédition pour aller chercher le corps de Deon. Mais Dave ne reviendra pas.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Dave Not Coming Back est un documentaire (québécois) unique. Parce qu’il n’est pas gentil. Il n’est pas lisse. Il n’est pas tissé de la fibre du héros si chère à nombre de films d’aventures qui s’écartent de leur matière première pour mieux nous arracher une larme.

Dave Not Coming Back est un documentaire tragique. Parce qu’il se trouve à la frontière du supportable, où le spectateur verra pratiquement la mort en direct, dans les profondeurs d’une grotte sise au milieu de nulle part, mais dont le pouvoir d’attraction sur les plongeurs professionnels est comme celui d’un aimant sur la limaille de fer.

Cette limite du supportable en fera tiquer plusieurs. Va-t-on trop loin ? Ne sommes-nous pas ici en face d’une forme de sensationnalisme ?

Aux spectateurs de choisir. De notre point de vue, nous considérons que l’équipe du film a décidé de respecter sa ligne directrice qui était de raconter de A à Z cette histoire vraie de façon frontale. Notamment à travers le témoignage du plongeur Don Shirley, un bon ami de Dave qui a failli laisser sa peau dans cette aventure.

IMAGE FOURNIE FRAGMENTS DISTRIBUTION

Dave Not Coming Back, de Jonah Malak

L’approche choisie a de quoi exacerber nombre d’émotions, dont une forte sensation d’étouffement. Pensons-y ! Les plongeurs descendent à 270 m ou plus ! Pour vous donner une idée de… profondeur, rappelons que la Place Ville Marie est haute de 188 m… Pour atteindre 270 m, il faut 17 minutes de descente. Et… 12 heures de remontée en respectant les paliers de décompression.

Si les plans pris en surface sont d’une grande beauté, c’est nettement plus brouillé sous la surface de l’eau. C’est sale. C’est noir. Il n’y a pas de petits poissons colorés. Il y a juste de l’adrénaline et des dangers imminents. Soyez avertis !

Le récit est émaillé d’extraits de la vie de Dave, un pilote d’avion australien qui ne faisait jamais les choses comme les autres. En dépit de leur caractère plus léger, il reste que la forme du récit se moule au désir d’extrême qui a conditionné sa vie.

★★★½

Dave Not Coming Back (V. F. La dernière plongée de Dave). Documentaire de Jonah Malak. Avec Don Shirley, Dave Shaw, Ann Shaw. 1 h 35.

> Consultez l’horaire du film