Dans une petite ville de Pennsylvanie, une adolescente mène d’une main de fer dans un gant de velours la plus importante des cinq bandes que compte une école huppée. Grisée par son pouvoir, Selah craint pourtant de le perdre…

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Dans ce premier long métrage de Tayarisha Poe, lancé au festival de Sundance, l’héroïne s’adresse dès les premières minutes directement au spectateur. Elle le fera d’ailleurs à quelques reprises au fil du récit. « Quand tu as 17 ans, tu dois agripper le pouvoir de la manière que tu peux », explique-t-elle.

Dans ce drame campé dans un cadre scolaire, Selah (formidable Lovie Simone) nous montrera comment elle s’y prend pour maintenir sa position, quitte à ne pas toujours attirer la sympathie. Cette jeune femme est à la tête de sa bande — les Spades du titre — et orchestre pour les élèves des trafics d’alcool, de pilules et de substances illicites en tous genres. Mais là n’est pas vraiment l’intérêt du film. La réalisatrice, qui signe aussi le scénario de son long métrage, préfère plutôt évoquer les pressions sociales auxquelles sont soumises les jeunes femmes alors que s’amorce la troisième décennie du XXIe siècle.

Selah and the Spades fait ainsi écho à la contradiction existentielle d’une jeune femme voulant dominer son groupe en étant la meilleure en tout — et ainsi susciter l’admiration de tous — tout en ayant l’air de s’en foutre complètement.

Bien que n’étant pas à classer dans les comédies sur l’adolescence à la Mean Girls, ce film comporte néanmoins quelques pointes d’humour. Il s’illustre aussi grâce au style que privilégie la cinéaste.

AFFICHE FOURNIE PAR AMAZON STUDIOS

Affiche du film Selah and The Spades 

Offerte exclusivement sur le service Prime Video, cette production américaine est proposée en version originale avec des sous-titres français, ou en version doublée.

★★★

Selah and the Spades. Drame de Tayarisha Poe. Avec Lovie Simone, Celeste O’Connor, Jharrel Jerome. 1 h 37.

>> Consultez le site d’Amazon Prime Video