Éprouvées par la mort, volontaire, de leur sœur Lili, Estelle et Karine entreprennent un voyage dans les montagnes du Mexique. Initiées au rituel de la fête des Morts, elles y trouveront une forme de réconfort et de réconciliation.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Il y a, littéralement, des mers et des mers de fleurs orangées, nommées cempasúchil, dans ce long métrage de fiction dont la construction a pour assise une réalité bien concrète au Mexique : la fête des Morts.

Ces fleurs majestueuses et en forme de soleil sont transportées à pleines brassées par des personnages du film, donnant ainsi le ton à cette histoire qui, en dépit de sa trame fortement dramatique (un suicide, un deuil, un mystère dévoilé), se veut un vecteur d’espoir.

IMAGE FOURNIE PAR AXIA FILMS

Apapacho, de Marquise Lepage

Parce qu’elle a filmé son histoire en empruntant aux techniques du documentaire, parce que plusieurs figurants et lieux du film, à commencer par le cimetière, sont réels et parce que la fusion Québécois-Mexicains dans la distribution est crédible, Marquise Lepage a réussi à bien nous faire comprendre et, mieux encore, à nous faire vivre cette célébration typiquement mexicaine.

Toutefois, cette construction qui oscille volontairement entre fleurs et larmes, entre côté dramatique et traitement ludique, nous est apparue parfois déroutante. Oui, c’est original. Oui, ça nous rappelle que d’une culture à l’autre, on peut interpréter le deuil de façons différentes. Mais il reste que le spectateur peut trouver inconfortables ces passages incessants d’un ton à l’autre.

★★★

Apapacho. Une comédie dramatique de Marquise Lepage. Avec Fanny Mallette, Laurence Leboeuf, Sofia Espinosa. 1 h 30.

> Consultez l’horaire du film : https://ouvoir.ca/2019/apapacho