Synopsis : Lorsqu’elle se fait mettre en garde par son médecin à propos des problèmes de santé qui l’attendent, une jeune femme en surpoids décide de se préparer pour le marathon de New York en compagnie de deux amis qui partent d’aussi loin qu’elle, mais pour des raisons différentes.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Au festival de Sundance, ce premier long métrage de Paul Downs Colaizzo, qui s’est inspiré de l’histoire d’une amie pour écrire son scénario, a remporté le prix du public. Il est vrai que Brittany Runs a Marathon fait partie de ces films attachants qui visent à la fois l’authenticité et le divertissement, sans trop toutefois céder aux schémas habituels hollywoodiens.

IMAGE FOURNIE PAR ENTRACT FILMS 

Brittany Runs a Marathon

Le principal atout de ce film est d’ailleurs son interprète principale, Jillian Bell. Connue pour ses rôles au cinéma (22 Jump Street) et ses performances à la télé (Workaholics), la comédienne trouve ici son premier grand rôle au grand écran et sait y faire sa marque. En se glissant dans la peau d’une femme ayant appris à se défendre en étant drôle (ce qu’elle fait avec talent), Jillian Bell exprime aussi l’aspect dramatique d’un personnage à qui elle ne fait pas de cadeau.

À cet égard, on retiendra une scène très révélatrice, d’une grande violence psychologique, au cours de laquelle Brittany est confrontée à elle-même face à une autre femme en surpoids. Cette séquence traduit à quel point la blessure intérieure est profonde. Et difficile à cicatriser. Ainsi, les aspects plus rugueux du personnage sont aussi évoqués, évitant l’écueil du film qui cherche à être « inspirant » de manière trop forcée. Bien joué.

Veuillez noter que Brittany Runs a Marathon a pris l’affiche en version originale anglaise seulement.

Consultez l’horaire du film