L'histoire: Une famille ordinaire emménage dans une nouvelle maison beaucoup trop proche d'un chemin emprunté par des camions lourds, alors que plus loin sur son terrain existe un cimetière pour animaux qui a le pouvoir de ressusciter les morts. Qui reviennent moins sympathiques qu'ils ne l'étaient.

Publié le 5 avr. 2019
CHANTAL GUY LA PRESSE

Pet Sematary est peut-être l'un des romans les plus tristes de Stephen King, où l'on avance avec le sentiment d'un désastre absolu, entre autres parce qu'il y est question du deuil d'un enfant. L'adaptation de 1989 par Mary Lambert (une femme cinéaste d'horreur, une rareté) n'avait pas marqué les esprits, et ce n'est pas cette réadaptation par Kevin Kölsch et Dennis Widmyer qui réussira à s'imposer.

Les réalisateurs ont pris de grandes libertés par rapport au roman, mais ce qui aurait pu être un pari audacieux vire au grand guignol, et l'on rit plus qu'on ne frissonne au bout du compte - alors que, on le répète, c'est une histoire d'une grande tristesse au départ.

À l'instar de certains personnages du film, ce long métrage sans âme, au scénario ridicule et aux dialogues maladroits, aurait lui-même besoin d'une réanimation magique. On n'a aucune sympathie pour cette famille nucléaire, et il y aurait une thèse à écrire sur la nullité de ce modèle familial représenté au cinéma qu'on sacrifie joyeusement dans les films d'horreur.

Dommage, car on était content de revoir John Lithgow en voisin bourru mais gentil. Mention spéciale au chat mort-vivant, poisseux et inquiétant pour vrai. Mais si vous y tenez vraiment, attendez la sortie en location, avant que ce Pet Sematary rejoigne comme tant d'autres le cimetière des remakes.

**

Pet Sematary (V.F. : Cimetière vivant). Film d'horreur de Kevin Kölsch et Dennis Widmyer. Avec Jason Clarke, Amy Seimetz et John Lithgow. 1 h 41.

> Consultez l'horaire du film

IMAGE FOURNIE PAR PARAMOUNT PICTURES

Affiche de Pet Sematary