Trois septuagénaires subversifs, amis de toujours, se réunissent pour des obsèques. Quand l'un d'entre eux part en cavale pour commettre un crime passionnel (50 ans après les faits !), les copains se lancent à ses trousses.

Mis à jour le 4 janv. 2019
STÉPHANIE MORIN LA PRESSE

Adapté d'une bande dessinée à succès sortie en 2014 et signée Paul Cauuet et Wilfrid Lupano, Les vieux fourneaux est le premier long métrage du réalisateur Christophe Duthuron (connu notamment pour son travail de coscénariste sur l'adaptation française d'Un gars, une fille et du film Brice 3).

Ce dernier a réuni autour du projet une distribution cinq étoiles. Pierre Richard y incarne Pierrot, anarchiste survolté ; Eddy Mitchell interprète Mimile, globe-trotteur séducteur à la force tranquille. La chimie opère toujours entre ces deux acteurs, qui n'en sont pas à leur première collaboration. Roland Giraud, en ex-syndicaliste grognon, complète le trio de façon convaincante. Quant à Alice Pol, elle vient ajouter une touche de jeunesse, en marionnettiste enceinte jusqu'aux yeux obligée d'endurer les frasques de cette joyeuse bande pour qui emmerder la société est un credo qui ne fait que s'intensifier avec les années.

Le passage des cases dessinées aux plans cinématographiques n'est toutefois pas complètement réussi. Le scénario signé par Wilfrid Lupano manque cruellement de consistance. Bien ficelé pour un album BD de 56 pages, il devient clairsemé sur grand écran. Les personnages, bien campés (même si Pierre Richard n'a pu s'empêcher quelques cabotinages), auraient mérité mieux. Résultat : le film, déjà assez court, s'essouffle en deuxième moitié et les sourires (voire les rires) qu'il réussissait à nous tirer se raréfient. Dommage.

** 1/2

Comédie dramatique

Les vieux fourneaux

Christophe Duthuron

Avec Pierre Richard, Eddy Mitchell, Roland Giraud

1 h 27

Consultez l'horaire du film