Même s’il a tourné le dos à la royauté pour vivre auprès du peuple, le jeune prince Hal ne peut échapper à son destin. Il est couronné roi après la mort de son père, Henri IV d’Angleterre, alors que le royaume est en guerre.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Contrairement aux films qu’ont réalisés Laurence Olivier en 1944 et Kenneth Branagh en 1989, cet Henri V 2019, lancé à la Mostra de Venise, n’est pas une adaptation shakespearienne à proprement parler. Cela dit, le cinéaste australien David Michôd, qui a cosigné le scénario avec Joel Edgerton (qui interprète aussi le rôle de Falstaff), propose néanmoins une vision qui évoque celle du célèbre barde anglais, même s’il utilise une langue plus contemporaine.

L’intérêt principal de ce long métrage produit par Netflix, qui n’est pas sans rappeler le Outlaw King de l’an dernier sur le plan du style, réside justement dans cette approche plus moderne. Michôd, à qui l’on doit notamment Animal Kingdom et War Machine (de moins heureuse mémoire), mise principalement sur le charisme de son interprète, Timothée Chalamet, pour orchestrer l’histoire d’un homme qui, contrairement à son père, s’oppose à la guerre, tout en devant mener ses troupes. L’acteur incarne à merveille la force intérieure qui anime ce personnage d’apparence fragile.

IMAGE FOURNIE PAR NETFLIX

The King

Les scènes de combat sont bien menées, et l’on retiendra les bonnes compositions de Robert Pattinson dans le rôle du Dauphin de France (même si son accent français est caricatural), de Lili-Rose Depp, excellente en Catherine de Valois, ainsi que Ben Mendelsohn dans le rôle d’Henri IV. Mais pour divertissant qu’il soit, cet Henri V de cinéma ne passera quand même pas à l’histoire…

The King prend l’affiche au cinéma Dollar aujourd’hui. Il sera offert sur Netflix le 1er novembre.

★★★

The King (V.F. : Le roi). Un drame historique de David Michôd. Avec Timothée Chalamet, Joel Edgerton, Robert Pattinson. 2 h 13.

> Consultez l’horaire du film : https://ouvoir.ca/2019/the-king