Un chauffeur d’Uber prend part malgré lui à une folle poursuite dans les rues de Los Angeles lorsqu’un policier, incapable de conduire, le force à l’aider à mener son enquête.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

Le réalisateur Michael Dowse (What If, Goon) ne fait pas dans la dentelle. Avec Stuber, il propose un film d’action musclé, ponctué de scènes percutantes avec une bonne dose de violence.

Celles-ci s’encaissent tout de même bien grâce aux situations comiques qui se multiplient en jumelant deux personnages aux antipodes l’un de l’autre.

L’acteur et humoriste pakistano-américain Kumail Nanjiani (Silicon Valley, The Big Sick) interprète Stu, un jeune homme doux et effacé, qui est devenu chauffeur d’Uber afin de gagner plus d’argent. Son ambition ? Devenir partenaire d’affaires avec la femme de ses rêves, Becca (Betty Gilpin), qui profite de lui.

Dave Bautista (Avengers : Infinity War, Guardians of the Galaxy), six fois champion du monde de la World Wrestling Entertainment, impose le respect dans le rôle de Vic Manning, un policier endurci qui veut à tout prix épingler le trafiquant de drogue Tedjo (Iko Uwais), qui a tué son partenaire (Karen Gillan).

PHOTO FOURNIE PAR TWENTIETH CENTURY FOX

Affiche du film Stuber

Le hic : le colosse flaire une piste juste après avoir subi une correction de la vue au laser. Sa vision est embrouillée. Il entre sans cérémonie dans l’auto Nissan Leaf électrique de Stu après un accident qui le laisse sans voiture. Les deux ne seront plus jamais les mêmes.

Le contraste entre les deux protagonistes fait la force du film. Celui-ci est lent à démarrer, mais il trouve son rythme lorsque Stu pète les plombs et se révolte.

Pour sa part, Vic Manning prend conscience qu’il doit être plus présent auprès de sa fille Nicole (Natalie Morales). Les rires fusent. Les balles de fusil aussi.

★★★

Stuber. Comédie de Michael Dowse. Avec Kumail Nanjiani, Dave Bautista, Mira Sorvino. 1 h 45.

> Consultez l’horaire du film