L'histoire: Sous la tutelle de Rocky Balboa, le nouveau champion des poids mi-lourds, Adonis Creed, affronte Viktor Drago, le fils d'Ivan...

Publié le 23 nov. 2018
Marc-André Lussier LA PRESSE

En 2015, Creed a relancé la franchise Rocky de très belle façon en lui insufflant un nouveau dynamisme.

Creed II arpente cette fois les arcanes de la suite attendue. En fait, Creed II n'est pas tant la suite de Creed qu'un remake de Rocky IV, le film dans lequel Dolph Lundgren incarnait un boxeur soviétique, prêt à en découdre avec son ennemi américain.

Trente-trois ans plus tard, les considérations politiques ne sont plus tout à fait semblables, mais disons que l'histoire se répète quand même.

Boxeur redoutable, Viktor Drago, le fils d'Ivan, s'entraîne comme une machine à tuer - sous l'oeil implacable de son père - afin de mettre au défi le champion actuel des poids mi-lourds, Adonis Creed (Michael B. Jordan).

Ce dernier est le fils de feu Apollo, tué il y a 30 ans dans le ring par un coup fatal asséné par nul autre qu'un dénommé Ivan Drago. Ah oui, l'entraîneur du fils Creed est Rocky Balboa! Le monde est bien petit.

Le récit, on l'aura deviné, est archi-prévisible. Même si les fils sont grossiers et que rien ne dépasse le niveau du premier degré, force est d'admettre que la recette reste diablement efficace. 

Stallone est touchant en entraîneur vieillissant. Il fait bon revoir aussi Dolph Lundgren (sans oublier Brigitte Nielsen!) en vedette déchue qui cherche à redorer son blason auprès du peuple russe à travers son fils. 

À cet égard, Florian Munteanu, interprète de Viktor (le boxeur roumain fait ici ses débuts à l'écran), en impose. 

Et puis, comment résister quand le thème musical de Rocky s'élance?

* * *

Creed II. Drame de Steven Caple Jr. Avec Michael B. Jordan, Sylvester Stallone, Dolph Lundgren. 1 h 57.

Consultez l'horaire du film

Image fournie par Warner Bros.Pictures