Synopsis: À 18 ans, un jeune homme s'enivrant de bières bon marché et de l'adrénaline d'un spectacle punk-rock s'engage dans une liaison sentimentale, même en se sachant contraint de devoir quitter Montréal bientôt.

Publié le 16 févr. 2018
Marc-André Lussier LA PRESSE

Ce premier long métrage de Pascal Plante amorce maintenant sa carrière en salle au Québec, déjà fort d'une réputation enviable, acquise au fil de présentations à différents festivals (Festival du nouveau cinéma, Slamdance et Berlin, mercredi prochain).

Le prétexte narratif est fort simple, mais l'approche du cinéaste se révèle très convaincante. Quand Mag (Rose-Marie Perreault) l'aborde après un spectacle auquel tous deux viennent d'assister, Théo (Anthony Therrien, révélé par Corbo), d'une nature taciturne, se laisse progressivement gagner. Au départ, la façon un peu insistante avec laquelle la jeune femme engage la conversation semble pourtant davantage l'importuner que le séduire.

Cette histoire d'un soir aura une suite. C'est justement dans cette suite des choses que se situe l'intérêt d'un récit qui comportera quelques zones d'ombre, bien qu'à cet égard, Plante préfère la suggestion à la démonstration.

La réussite des Faux tatouages tient à cette approche à la fois franche et délicate, de même qu'à des dialogues empreints d'authenticité. Elle tient aussi, surtout, à la présence des deux interprètes, particulièrement Rose-Marie Perreault. L'actrice, qui trouve ici son premier grand rôle, incarne un personnage qui s'impose par son attitude, sa personnalité, son refus du drame. Une révélation, en somme.

Très prometteur.

Les faux tatouages. Drame de Pascal Plante. Avec Anthony Therrien, Rose-Marie Perreault, Brigitte Poupart. 1h27.

> Consultez l'horaire du film

image fournie par Maison 4 : 3

Les faux tatouages