Source ID:; App Source:

Jay Baruchel et Dean DeBlois retrouvent leurs dragons

Jay Baruchel à la première de How To... (Photo: Reuters)

Agrandir

Jay Baruchel à la première de How To Train Your Dragon 2 à Los Angeles le 8 juin dernier.

Photo: Reuters

Nick Patch
La Presse Canadienne
Toronto

Lors de la récente première, à Cannes, du film How to Train Your Dragon 2, l'acteur Jay Baruchel et le réalisateur Dean DeBlois ont pris une pause pour apprécier tout le chemin qu'ils ont parcouru ces dernières années.

DeBlois a grandi à Aylmer au Québec (qui fait maintenant partie de Gatineau), à environ 200 kilomètres du Montréal chéri de Baruchel. Ensemble, ils ont créé le premier volet du film d'animation, qui a fait 500 millions $ au box-office mondial après sa sortie en 2010.

Puis, ils ont travaillé sur la suite, qui doit prendre l'affiche vendredi.

Lors d'un récent séjour promotionnel à Toronto, Baruchel a raconté s'être arrêté au sommet des marches du Grand Palais de Cannes pour demander à DeBlois d'apprécier ce moment, où deux garçons originaires du Québec se retrouvent au plus prestigieux festival de cinéma.

DeBlois, qui porte les chapeaux de scénariste et de réalisateur pour le film, n'a pu que se montrer d'accord, précisant que Hollywood lui semblait très, très loin lorsqu'il était jeune et qu'il rêvait de créer des bandes dessinées.

L'action du deuxième film se déroule cinq ans après celle de l'original, alors que le héros à qui Baruchel prête sa voix, Harold, est devenu adolescent et continue de se promener dans le ciel sur le dos d'un dragon couleur avocat.

Sa relation tendre avec le dragon Krokmou a convaincu tous les membres de la communauté viking de Harold d'adopter leurs propres dragons, provoquant des confrontations avec le méchant Drago Bludvist (qui a la voix de Djimon Hounsou dans une distribution incluant également Cate Blanchett, Gerard Butler, Jonah Hill et Kristen Wiig).

Les personnages sont plus mûrs, tout comme l'histoire que DeBlois a souhaité raconter. Le réalisateur dit avoir utilisé The Empire Strikes Back comme modèle.

«C'est l'une des rares suites à avoir vraiment livré la marchandise et elle est meilleure que l'original, à mon avis», a-t-il expliqué.

Le créateur n'a pas hésité à s'aventurer sur des territoires plus sombres et son film inclut le décès d'au moins un personnage important.

Pourtant, ni DeBlois ni Baruchel ne craint que le film soit trop sombre ou trop sophistiqué pour les jeunes fans de la franchise.

«Je crois qu'ils sont avec nous pour de bon, point à la ligne», a avancé Baruchel, connu pour ses rôles dans Tropic Thunder, Knocked Up et Goon, qu'il a coscénarisé.

«Je pense que s'ils ont aimé le premier, ils aimeront celui-ci, parce que le premier avait aussi ses moments sombres.»




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer