La guerre des tuques revivra en 3D

Sophie, l'un des personnages principaux de La guerre... (Photo: fournie par CarpeDiem Film & TV)

Agrandir

Sophie, l'un des personnages principaux de La guerre des tuques 3D.

Photo: fournie par CarpeDiem Film & TV

Trente ans après le film, voilà qu'on annonce enfin le remake. La guerre des tuques en animation 3D devrait, si tout se passe bien, arriver sur nos écrans en décembre 2015.

Cette «réinterprétation» du premier des Contes pour tous a été confiée à Jean-François Pouliot (à qui l'on doit La grande séduction) et au coréalisateur François Brisson (Arsène Lupin), un habitué de l'animation. Rock Demers veillera au grain, à titre de producteur associé, aux côtés de Marie-Claude Beauchamp (La légende de Sarila), la productrice. Jorane et Éloi Painchaud signeront quant à eux la trame musicale.

Le projet, évalué à 12,5 millions (le vingtième de ce qu'une production américaine 3D peut coûter), devrait entraîner la création de 75 emplois en animation, à combler tout prochainement.

Lors du lancement officiel au Studio Singing Frog hier, les principaux artisans n'ont pas caché leur enthousiasme. «Cela fait partie de notre héritage culturel collectif», a souligné, tout sourire, le réalisateur Jean-François Pouliot.

«C'est un double défi. Réaliser à la fois quelque chose que les fanatiques de La guerre des tuques vont aimer, et quelque chose de frais et de nouveau pour tous ceux qui ne l'ont jamais vu», a-t-il ajouté.

Notice: Lock - mediaid4ab54c403d48407896e99b705cf52ae3, Date Expiry - 1540266501

Son objectif? Traduire, avec cette nouvelle technique (l'animation 3D), la pureté et l'authenticité d'une histoire qui a finalement marqué des générations de Québécois (la page Facebook compte plus de 20 000 fans). «Ultimement, on veut que notre film sente la laine mouillée!»

Pour ce faire, il s'agit ici de brouiller les contours des dessins, jouer avec les textures, histoire de s'éloigner du côté très léché et plastique du 3D, et se rapprocher du dessin 2D, «pour garder la poésie du dessin. C'est un gros défi stylistique».

Quant au texte, on nous promet que les répliques cultes demeureront («T'as de la neige, là... T'as un trou dans ta mitaine!»). Le scénario sera certainement un poil plus fou («on va aller là où le film aurait voulu aller s'il n'avait pas eu les limites du réel»). Et les voix? Elles n'ont pas encore été choisies. Avis aux amateurs: si l'on ne sait pas non plus qui interprétera les chansons, oui, L'amour a pris son temps retrouvera une place de choix.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer