Une soirée de théâtre sur le web débute une vingtaine de minutes avant le lever du rideau virtuel… En lisant les commentaires des spectateurs dans la marge de droite de notre écran d’ordinateur. Chose qu’on ne peut pas faire dans une vraie salle de théâtre, à moins d’écouter les conversations des gens… ce qui est un peu impoli.

Luc Boulanger Luc Boulanger
La Presse

« C’est mon premier visionnement d’une pièce de théâtre. J’ai hâte ! On dirait que c’est un public de femmes seulement. C’est où le siège B-28 ? ? Bon spectacle tout le monde ! »… Ces commentaires sont comme un prélude au spectacle du Théâtre Harpagon, qui a réuni 76 spectateurs (il y a aussi eu deux retardataires sur le site, comme au théâtre !) vendredi dernier, pour assister à une représentation en direct de Virus et Versa. C’est le premier volet d’une série théâtrale de cinq épisodes diffusés en Zoom sur le web, créée pour remplacer une production annulée de la compagnie, confinement oblige.

Cette comédie de Claude Paiement sur la vie en temps de pandémie est défendue par Sylvain Marcel et Frédéric Desager. Il s’agit d’une courte pièce mettant en scène deux internautes solitaires qui se livreront à un dialogue improbable.

Sur un fond d’écran noir, un homme grincheux apparaît devant son clavier, absorbé par sa vie virtuelle. Lorsque soudain un intrus s’invite sur son Zoom, parce qu’il a besoin de parler à quelqu’un, afin de se sentir moins seul, malgré la froide distance de l’internet. Sur le mode de l’absurde, Sylvain Marcel personnifie le clown blanc, obscur et râleur ; tandis que l’auguste, naïf et loufoque, est joué par Desager. Ils font référence à un virus, puis à un test négatif, et aussi à un antidote à la vie virtuelle, pour ne pas se laisser emporter par une machine à « data » qui broie l’âme…

Le texte est rigolo, mais trop court, tant dans sa durée (à peine 30 minutes) que dans son propos. La métaphore de la catastrophe planétaire aurait pu être plus développée. À la fin, on n’apprendra rien de nouveau sur l’éternel besoin de se rapprocher quand tout bascule, dans le Far Web comme dans le réel.

En deuxième partie, les interprètes et l’auteur répondent aux questions du public. Claude Paiement, qui a aussi dirigé les deux acteurs, a laissé entendre que le prochain épisode de sa série théâtrale aura plus de substance. On lui souhaite d’approfondir son message avec ce nouveau médium.

Virus et versa de Claude Paiement. Avec Sylvain Marcel et Frédéric Desager. Durée : 30 minutes. Diffusée sur le web.

L’épisode 2 de Virus et Versa sera offert le 29 janvier et les 5 et 12 février à 19 h. Le spectacle est présenté chaque vendredi jusqu’au 16 avril. Le public dispose de 48 heures pour regarder le spectacle après la représentation.

> Réservez vos billets pour l’épisode 2