Il y a quelque chose de l’irréductible Gaulois dans la démarche artistique de Christian Lapointe. Seul sur scène, l’acteur résiste au climat toxique ambiant, pour mieux interroger ses contemporains. Qui sommes-nous ? Où allons-nous collectivement ? Voilà les questions que pose l’homme de théâtre de Québec avec Constituons !, à l’affiche du Théâtre d’Aujourd’hui. 

Luc Boulanger Luc Boulanger
La Presse

Inspiré du théâtre documentaire, Lapointe a créé une pièce sur la rédaction d’une constitution pour le Québec de demain. Vaste projet qui se nourrit des échanges avec des citoyens, de tous les horizons, lors d’assemblées constituantes à travers la province. À l’instar de J’aime Hydro, son spectacle s’inscrit donc dans la mouvance du théâtre actuel où le récit théâtral est en relation avec la communauté et la politique. 

Vertigineux projet, dit-on, car il faut de l’audace pour se lancer dans une « conversation nationale » autour d’un projet commun à une époque clivée où tout le monde déchire sa chemise pour ses opinions. Il faut de l’ambition aussi pour vouloir « mettre en scène la démocratie », au moment où celle-ci s’embrouille. Comme dit dans une vidéo un citoyen consulté en assemblée : « Ça fait 150 ans qu’on débat et se chicane sur la Constitution au pays. Vous n’êtes pas sorti du bois ! »

Sans limites

Or, il ne faut jamais sous-estimer le caractère intrépide d’un artiste, surtout d’un créateur qui aime repousser les limites de son art. En 2015, avec Tout Artaud !, Lapointe avait réalisé un marathon et happening théâtral de 56 heures ( !) sur scène au Festival TransAmériques (FTA). En comparaison, ce nouveau projet mené avec la collaboration de l’Institut du Nouveau Monde et de dix partenaires théâtraux dispersés sur le territoire québécois, bien qu’ambitieux, reste donc de la petite bière !

Constituons ! se construit en trois tableaux menés par le metteur en scène et performeur. L’ensemble donne un spectacle intéressant, mais inégal, majestueux et fastidieux.

Ce qui fascine, c’est le talent déployé par Lapointe et ses concepteurs qui utilisent tout l’espace et les dispositifs scéniques pour créer un objet artistique inclassable, dans lequel le théâtre expérimental sert la Cité. Certains monologues livrés par Lapointe font penser à du Claude Gauvreau, ces moments où le réel se transforme en illuminations poétiques dans l’agora éclatée du monde !

Trop-plein

Par contre, il y a trop de contenu, d’énoncés et de chiffres dans le spectacle (revenir deux fois sur le montage financier du projet, est-ce nécessaire ?). Le fouillis visuel, l’esthétique symbolique appuyée et la trame sonore omniprésente alourdissent aussi la proposition. Au final, Lapointe a compilé un trop-plein d’informations et il peine à en faire ressortir la substantifique moelle, la théâtralité, malgré des efforts louables.

Le spectacle se termine par un exposé en FaceTime d’Alexandre Bacon, conseiller innu de la communauté de Mashteuiatsh, sur la place des autochtones au Québec et leur histoire. On aurait aimé que la clarté, la précision du tableau final traverse l’ensemble de Constituons ! 

Toutefois, Constituons ! est un spectacle marquant et à voir. Avec son jeu distancié, son humour décalé, sans masquer le sérieux du propos, Lapointe nous rappelle que « ça reste du théâtre ». Du « divertissement intelligent », pour citer Robert Lepage. Et du théâtre qui pose de maudites bonnes questions ! 

★★★½

Constituons ! Idée, mise en scène et interprétation de Christian Lapointe.

Au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, jusqu'au 30 novembre; au Périscope à Québec, du 4 au 15 décembre.