Du théâtre québécois de création l'été à Montréal? Bien sûr. Avec Indiscrétions publiques du Théâtre du Ricochet, la relève théâtrale s'active du 28 juin au 29 septembre autour d'un banc de parc.

Mis à jour le 27 juin 2018
Mario Cloutier LA PRESSE

Sabrina Johnson et Frédéric Jeanrie, les fondateurs du Théâtre du Ricochet qui produit chaque été depuis 2014 les Indiscrétions publiques, dirigent un projet plus qu'équitable. Parmi les 7 courtes pièces de 5 à 10 minutes et les 21 artistes participants cet été, 16 sont des femmes, dont 4 dramaturges. 

«C'est l'année de la femme, mais l'équité, on est dedans depuis le début, affirme Sabrina Johnson. On vise l'équilibre homme-femme, aussi un équilibre dans l'âge des interprètes et dans la représentation des communautés culturelles. Et on y arrive.

«On fonctionne de façon démocratique au Théâtre du Ricochet, poursuit-elle. On ne choisit pas les textes en fonction de leur auteur, mais de critères comme le fait que ce soit contemporain et d'actualité avec deux personnages autour d'un banc de parc.»

Un théâtre impliqué aussi. Cet été, des sujets comme la cyberintimidation, les paradis fiscaux, le droit au logement et l'appropriation du corps de la femme sont abordés. 

Par ailleurs, la troupe a joué à Valleyfield l'été dernier et souhaite encore sortir de l'île à l'avenir.

Des retours

Deux des artistes de l'édition 2018 en sont à leur deuxième participation aux Indiscrétions. La comédienne et dramaturge Catherine Saint-Martin a écrit, cette fois, En diagonale du concombre, mettant en vedette Tracy Marcelin que l'on verra en novembre au Théâtre d'Aujourd'hui dans la pièce Centre d'achats d'Emmanuelle Jimenez.

«J'ai joué dans les Indiscrétions, mais j'avais envie d'écrire, dit Catherine Saint-Martin. C'est une formule intéressante pour débuter. Je vais continuer en écriture, surtout en théâtre jeunesse. Mon texte parle cette année de l'orientation sexuelle en relation avec l'alimentation.»

La comédienne Hélène Reeves, qui a tourné au cinéma pour Marc-André Forcier, jouera quant à elle avec Arielle Mailloux autour d'un banc près de chez vous. Avant le parc à chiens de Guillaume Comtois est sa deuxième pièce en trois ans avec le Ricochet, dans laquelle elle jouera «le rôle d'une mère dont la fille est victime d'intimidation».

«C'est un beau contexte de travail. C'est important que le théâtre aille vers les gens. Pour beaucoup, c'est encore intimidant d'entrer dans un théâtre. Les spectateurs sont émus parfois de voir une pièce dans un parc.»

À la fin des représentations, la discussion est ouverte entre les artistes et le public, ce qui donne toujours des résultats intéressants.

«Les questions des spectateurs portent aussi sur la construction d'une pièce de théâtre. On fait de l'initiation au théâtre pour beaucoup de spectateurs. C'est important», conclut Sabrina Johnson.

Les Indiscrétions publiques ont lieu du 28 juin au 29 septembre dans un parc près de chez vous.