Charlotte Aubin: le penchant positif de la peur

La comédienne Charlotte Aubin tient la vedette dans la... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

La comédienne Charlotte Aubin tient la vedette dans la pièce Déterrer les os, présentée depuis hier soir à la salle Jean-Claude-Germain du Théâtre d'Aujourd'hui.

Photo François Roy, La Presse

Le mot «vertige» est omniprésent dans le vocabulaire de la comédienne Charlotte Aubin. Car il représente - la formule est d'elle - le penchant positif de la peur.

«Le vertige est ce moment où tu tangues entre l'excitation, la peur, l'envie, la certitude, le doute, explique-t-elle. Cet instant où tout se mélange est, pour moi, quelque chose d'important et de super positif. Sans vertige, il est plus difficile d'aller dans le dévouement total. Si j'ai peur, je vais mettre les bouchées doubles pour essayer de tenir en équilibre sur un projet.»

Du vertige, on l'aura deviné, il y en a beaucoup au coeur de la pièce Déterrer les os, dans laquelle la comédienne de 26 ans est en vedette. Adaptée et mise en scène par Gabrielle Lessard d'après le roman éponyme de Fanie Demeule, l'oeuvre conduit le spectateur à la rencontre frontale et déstabilisante avec un personnage en orbite autour de ses troubles alimentaires.

En guerre contre son corps

Cette jeune femme, sans nom, qu'incarne Charlotte Aubin, est plongée dans une guerre sans merci avec son propre corps. Ses armes de destruction massive s'appellent machine elliptique, musculation, repas minimalistes, renoncement excessif.

«Je ne mange que des repas frugaux: une demi-orange, un petit tas de pâtes, une louche de soupe», confie par exemple ce personnage qui consent à célébrer son «estomac affamé».

Ce jusqu'au-boutisme a eu l'effet d'un aimant sur Charlotte Aubin, qui, à la demande de la metteure en scène, a lu le roman avant de se plonger dans la pièce.

«Le texte m'a beaucoup bouleversée. Dans l'écriture de Fanie, la narratrice magnifie son existence. À un tel point que moi, en tant que lectrice, j'en suis arrivée à la mettre sur un piédestal, à me comparer à elle et peut-être même à désirer sa rigueur et son intransigeance.»

Qu'on ne s'inquiète pas pour l'interprète: elle est consciente que ce personnage vit dans un univers malsain. Il reste que l'écriture était si forte qu'elle qualifie l'expérience d'immersive.

«Le personnage n'est pas présenté comme une victime de son mal, continue l'interprète. Cet angle m'intéressait. Je trouve ça encore plus troublant qu'il soit en train d'expliquer sa démarche, sa quête.»

Sortir du tabou

Au moment de publier son roman, Fanie Demeule n'a pas caché qu'elle avait transposé sur papier un chapitre de sa propre vie. Charlotte Aubin, qui a longuement échangé avec elle, estime important que le sujet des troubles alimentaires soit abordé sur la place publique. «Car il est facile de se sentir isolé là-dedans, dit-elle. C'est un mal difficile à définir, à diagnostiquer. Plus on va en parler, moins ce sera tabou et plus on pourra aider des gens à se libérer de ça.»

Paquet de trouble, de Charlotte Aubin... (Image fournie par Del Busso) - image 2.0

Agrandir

Paquet de trouble, de Charlotte Aubin

Image fournie par Del Busso

Absent du texte original, un second personnage, compagnon de la jeune femme, permet de donner plus de résonance au texte. Il est interprété par Jérémie Francoeur.

«Il a été un allié incroyable, dit Charlotte Aubin. Jérémie est super libre et généreux. Nous avons travaillé pour faire en sorte que la relation entre nos deux personnages soit la plus complexe, la plus dense et la plus complète possible afin que l'histoire prenne son envol.»

La pièce sera jouée dans la petite salle Jean-Claude-Germain, qui accueille moins d'une centaine de spectateurs et où les sièges seront disposés de chaque côté de la scène.

«Cette scénographie fait en sorte que les gens vont se voir regarder l'histoire et vont devoir prendre position, note Charlotte Aubin. Nous, nous sommes placés comme dans un catwalk, un décor de mode très blanc, épuré. C'est très fin, très soigné et ça sert l'univers de Fanie.»

Peut-on parler d'une proximité inconfortable? Oui, acquiesce Charlotte Aubin. «Je pense que je vais adorer ça. Cette situation rehausse le niveau de vertige.»

Et comme on le sait, le vertige, Charlotte Aubin ne peut s'en passer.

___________________________________________________________________________

À la salle Jean-Claude-Germain du Théâtre d'Aujourd'hui, du 17 avril au 5 mai.

Trois projets de Charlotte Aubin

L'échappée 3

Après son passage au Centre du Théâtre d'aujourd'hui, Charlotte Aubin reprendra son rôle de Jade Francoeur pour le tournage de la troisième saison de L'échappée (TVA). Elle se garde toutefois de donner des détails sur cette nouvelle saison. On sait par ailleurs que Tania Kontoyanni et Marilyn Castonguay y interpréteront deux nouveaux personnages.

Paquet de trouble

Lancé le 8 mars dernier, Paquet de trouble, premier recueil de poésie de la comédienne, publié chez Del Busso, s'en va en réimpression. Celle qui a pris plaisir à prendre part, récemment, à des activités et émissions littéraires, planche déjà sur son second recueil.

Un scénario de court métrage

L'appel de la scénarisation et de la réalisation a déjà sonné chez la jeune femme. «J'ai reçu une bourse de la SODEC [jeunes créateurs] pour écrire un court métrage. Ça s'intitule Ton chien est mort. C'est une comédie romantique absurde avec deux protagonistes dans la soixantaine.»




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer