À force de parler de la participation de Bertrand Cantat à la trilogie Des femmes, on est évidemment passé vite par-dessus le contenu de ces trois pièces de Sophocle, écrites au Ve siècle avant J.-C.: Les Trachiniennes, Antigone et Électre. Trois tragédies que Wajdi Mouawad a regroupées parce ce qu'elles mettaient en vedette des femmes extrêmement déterminées, mais aussi «aveugles jusqu'à la révélation de leur aveuglement, instant qui précède leur chute», selon ce qu'expliquait Wajdi Mouawad dans une entrevue accordée aux organisateurs du Festival d'Avignon, l'été dernier.

Jean Siag LA PRESSE

Dans Les Trachiniennes, l'héroïne s'appelle Déjanire, femme d'Héraclès. Un rôle défendu par Sylvie Drapeau. Son histoire en est une de trahison. La femme d'âge mûr follement amoureuse de son homme se réjouira de son retour de la guerre. Mais elle déchantera lorsqu'elle apprendra que son mari s'est épris d'une de ces femmes faites prisonnières, la belle Iole. Déjanire enverra à son amoureux une tunique trempée dans le sang du centaure Nessos, pour qu'il ne soit amoureux que d'elle. Mais la tunique empoisonne Héraclès. Et Déjanire se suicide.

Antigone est un peu plus connue. C'est la fille d'OEdipe (née de son union avec sa mère) qui conteste l'autorité du pouvoir en place. Ses deux frères Étéocle et Polynice se font la guerre à Thèbes. Les deux hommes meurent, mais le chef de l'État, Créon, décrète Étéocle vainqueur et lui rend tous les honneurs, tandis que la dépouille de Polynice, qualifié de traître, est «abandonné aux vautours». Mais Antigone (jouée par Charlotte Farcet) se battra pour que son frère ait une sépulture digne de son nom. Elle finira par se pendre.

Électre est plutôt une histoire de vengeance. La jeune femme pleure la mort de son père, Agamemnon, assassiné par sa mère Clytemnestre. Avec son amant Égisthe, elle prendra le pouvoir de la cité de Mycènes. Mais Électre, qui sera interprétée par Sara Llorca, n'acceptera pas ce «destin». Avec son frère Oreste, elle planifiera le meurtre de sa mère. Elle s'opposera ainsi «à la volonté de Dieu» pour obtenir justice. Mais elle aussi connaîtra une fin tragique.

__________________________________________________________________________

Des femmes, trois histoires de Sophocle mises en scène par Wajdi Mouawad, du 5 mai au 6 juin au TNM.

Les Trachiniennes: 8, 15, 22 et 29 mai, 4 juin, à 20h. Durée: 1 h 40.

Antigone: 9, 16, 23 et 30 mai, 5 juin, à 20h. Durée: 1 h 50.

Électre: 10, 17, 24 et 31 mai, 6 juin, à 20h. Durée: 1 h 50.

La trilogie: 5, 6, 12, 13, 19, 20, 26 et 27 mai, 2 et 3 juin (représentations à 14h. Durée: 6 h 30).