Des extraits d'Albertine en cinq temps qui remplacent les discours en ouverture, une véritable soirée littéraire le jeudi avec 70 écrivains, un premier pays invité, Haïti, et une nouvelle place des Libraires: voilà les éléments nouveaux du 36e Salon du livre de Montréal (SLM), qui se tiendra du 20 au 25 novembre à la Place Bonaventure.

Publié le 6 nov. 2013
Daniel Lemay LA PRESSE

«Nous avons compris le message de certains des participants qui souhaitaient du changement», a lancé la présidente du conseil du Salon, Gilda Routy. Elle qui a aussi présenté hier en conférence de presse à la maison Gaston-Miron les invités d'honneur du salon 2013: l'auteure jeunesse Marie-Francine Hébert; le poète Pierre Ouellet, qui est aussi porte-parole du programme Livres comme l'air, une des causes soutenues par le SLM; Annie-Claude Thériault, auteure de Quelque chose comme une odeur de printemps (David), son premier roman; la romancière d'origine vietnamienne Kim Thúy; l'illustrateur Rogé; et Jean Bernier, directeur de l'édition du Boréal.

Des «vieux pays», le Salon recevra la romancière et dramaturge belge Geneviève Damas, dont le roman Si tu passes la rivière a été publié au Québec par Hamac (Septentrion), et Jean-Christophe Rufin, médecin, romancier et diplomate.

M. Rufin, qui a milité dans Médecins sans frontières, a publié le printemps dernier Immortelle randonnée, un livre «rouge vif» où, entre portraits et rencontres, l'académicien ne manque pas de rire de lui-même.

Avec sa thématique Une passerelle entre les cultures, le Salon essaye de faire plus que humer l'air du temps en faisant de Haïti le premier pays officiellement à l'honneur.

Depuis 50 ans, il n'y a pas passerelle plus occupée que celle reliant Port-au-Prince à Montréal. La littérature haïtienne et la littérature québécoise se nourrissent l'une à l'autre depuis 50 ans, a dit l'éditeur et «activiste littéraire» Rodney Saint-Éloi.

«Les Haïtiens lisent pour regarder le monde et trouver l'espérance du monde», lancera l'infatigable passeur, ajoutant que le stand national offrira quelque 800 titres, «le plus grand corpus de livres haïtiens jamais amassé».

Normand Laprise

D'habitude remis à l'ouverture officielle du Salon, le prestigieux prix Marcel-Couture, doté de 5000$, a été attribué hier au chef Normand Laprise pour Toqué! Les artisans d'une gastronomie québécoise, publié aux Éditions du Passage, véritable «manifeste» de la gastronomie d'ici qui, par son originalité et son audace, continue d'accumuler les récompenses partout dans le monde.

Les autres finalistes au prix Marcel-Couture étaient: L'apparition du Nord selon Gérard Mercator de L.-É. Hamelin, Stéfano Biondo et Joë Bouchard (Septentrion); Jane, le renard et moi de Fanny Britt et Isabelle Arsenault (La Pastèque); Mingan, mon village de l'illustrateur Rogé (La Bagnole) et Design? Beauté et fonction passées au crible de Frédéric Metz (Flammarion Québec).

La conférence de presse s'est terminée par ce qui se voulait un coup de théâtre quand une dizaine de jeunes éditeurs du mouvement Sauvons les livres se sont étendus sous des linceuls blancs sur le plancher de l'ancienne bibliothèque de Montréal. Ces «cadavres» chauds voulaient ainsi alerter la première ministre Pauline Marois sur l'urgence de réglementer le prix des livres neufs, seul moyen, selon la porte-parole du groupe, Élodie Comtois d'Écosociété, d'assurer la diversité du livre québécois et, partant, la survie des librairies québécoises en concurrence avec les grandes surfaces.

Soulignons finalement que l'écrivain Georges-Hébert Germain, le président d'honneur du Salon depuis deux ans, se remet d'une opération majeure et promet d'être sur la passerelle l'an prochain.