Tove Jansson, autrice, peintre et illustratrice suédoise, s’est fait connaître par le monde avec sa série d’œuvres illustrées pour enfants, Les Moumines.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Pour la première fois, son livre d’histoires courtes, La fille du sculpteur, originellement publié en 1968, est traduit intégralement en français du suédois, par la traductrice Catherine Renaud. Une chance inouïe de plonger dans une œuvre au souffle poétique vibrant, mais qui sait aussi être amusante et cocasse, qui célèbre la beauté sauvage du monde et de la nature, et le pouvoir créateur que l’humain peut exercer sur sa propre vie, transformant la réalité par son simple regard.

Au fil de petits chapitres semi-autobiographiques qui sont autant de tranches de vie et d’histoires portées par un onirisme certain, l’autrice, qui s’est éteinte en 2001, y évoque son enfance, au début du XXe siècle ; sa vie dans la ville d’Helsinki et aussi dans la maison familiale dans une île de l’archipel de Porvoo, où sa famille passait ses étés. Ses parents, des artistes (son père était sculpteur, d’où le titre du livre, et sa mère, illustratrice), vivent une existence portée par l’art, la fête et la célébration de l’imaginaire, mais aussi le respect profond d’une nature qui est parfois rassurante, parfois terrifiante, dont on cueille les fruits et la beauté avec délectation, tout en embrassant avec exaltation ses tempêtes et ses débordements.

À travers les yeux de la narratrice, enfant ou adolescente, la frontière entre réalité et rêve est brouillée, l’art et la nature ne font qu’un et méritent la même déférence. Une marche en forêt devient une traversée d’une toile de John Bauer, la tombée de la nuit est l’œuvre d’une créature qui étend son long bras sur l’horizon, une tempête de neige qui ensevelit une maison fait « basculer le monde », alors que « l’horizon avait rampé jusqu’au bord du monde », et l’exploration des cinq baies de l’île devient un voyage transformateur. Une lecture ravissante, inspirante, qui réveille notre cœur d’enfant, parfaite pour oublier ces temps gris que sont les nôtres.

★★★★
La fille du sculpteur
Tove Jansson
La Peuplade
176 pages