Le Festival international de littérature débute vendredi, et les organisateurs ont réussi un véritable petit tour de force : une programmation riche et variée qui mêle activités en salle, évènements virtuels et activités extérieures. Pandémie ou pas, la littérature n’a assurément pas dit son dernier mot. Voici cinq évènements qui valent le détour.

Nathalie Collard Nathalie Collard
La Presse

Le salon de Claudia

La journaliste, auteure et animatrice Claudia Larochelle tiendra salon à l’heure de l’apéro. Elle recevra des auteurs qui parleront de leur plus récent livre dans l’environnement intimiste du Lion d’Or. Ça débute vendredi soir avec une heure spéciale consacrée aux « inoubliés du printemps », ces livres parus juste avant ou pendant la pandémie. Puis chaque soir, Claudia Larochelle recevra des duos d’auteurs, amis dans la vie, qui font paraître un livre cet automne (parmi les invités : Émilie Bibeau et Fanny Britt, James Hyndman et Tristan Malavoy, Heather O’Neill et Dominique Fortier). Ces entretiens prendront une couleur particulière puisqu’il sera aussi question d’amitié. Les auteurs nous diront ce que la relation leur a apporté en période de créativité ou en temps de pandémie. Des entretiens à visionner dans le confort de notre salon, avec une tasse de thé ou un bon verre de vin.

Le vendredi 18 septembre, de 17 h à 18 h.

Du 21 au 25 septembre, de 17 h à 17 h 30.

> Consultez le site de l’événement

Un vent fou s’est levé dans ma tête

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

On retrouvera Marie-Thérèse Fortin sur la scène de la Cinquième Salle de la Place des Arts dans le spectacle Un vent fou s’est levé dans ma tête.

On rêve tous d’entrer dans la tête d’un écrivain pour savoir ce qui se passe lorsqu’il est plongé en plein processus d’écriture. Au printemps 2014, Carole Fréchette et Lise Vaillancourt ont entrepris une relation épistolaire alors que les deux dramaturges écrivaient une pièce de théâtre. Leurs échanges ont duré deux ans durant lesquels elles ont parlé de création, des difficultés comme des moments plus heureux, ainsi que de ce qui se passe dans le monde alors qu’elles écrivent. Cette mise en scène de leur correspondance a été élaborée avec la complicité de Catherine Vidal et des actrices Marie-Thérèse Fortin et Dominique Quesnel, qui les incarnent.

À la Cinquième Salle, les lundi 21 et mardi 22 septembre à 20 h.

Les inoubliés du printemps

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Claudia Larochelle

On vous en avait parlé dans nos pages il y a quelques mois : plusieurs livres n’ont pas eu la visibilité escomptée à cause de la pandémie qui a provoqué l’annulation de toutes les activités reliées au livre. Disons que leur envol a été stoppé abruptement. Le FIL propose donc quatre créations numériques autour de quatre romans : Pas même le bruit d’un fleuve, Chasse à l’homme, La géographie du bonheur et Pour qui je me prends. Des actrices — Pascale Montpetit, Émilie Bibeau et Catherine de Léan — liront des extraits des livres dans une scénographie de Pierre-Luc Boudreau. Les quatre autrices — Hélène Dorion, Sophie Létourneau, Véronique Marcotte et Lori Saint-Martin — s’entretiendront également avec Claudia Larochelle le vendredi 18 septembre à 17 h.

Les créations seront disponibles dès le vendredi 18 septembre à 18 h, jusqu’au dimanche 27 septembre à minuit.

> Consultez le site de l’événement

Plus haut que les flammes

Monique LeBlanc a adapté Plus haut que les flammes, le poème qui a valu le prix du Gouverneur général à Louise Dupré en 2011. Le film a été tourné un peu partout sur la planète : Auschwitz, Nicaragua, Louisiane. On y voit la comédienne Violette Chauveau qui récite ce magnifique poème qui oppose l’horreur à l’espoir du monde. Dupré a imaginé une femme bouleversée par sa visite du camp d’Auschwitz-Birkenau et qui tente de réconcilier l’horreur avec l’espoir qu’incarne un enfant. La réalisatrice a réussi à transposer la profondeur du texte en ajoutant de la texture visuelle. Un poème en images.

Au Théâtre Outremont, le jeudi 24 septembre à 19 h.

Débordement littéraire

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Dany Laferrière

Voilà une expérience qu’on peut vivre en toute distanciation, qu’on soit en zone jaune, orange ou rouge. Deux diplômées du DESS en design d’évènements — Sacha Buliard et Émilie Proulx — ont imaginé un parcours littéraire des lieux du Quartier des spectacles, avec la volonté de souligner les tensions entre la solitude et le vivre-ensemble, deux thèmes que nous avons bien revisités depuis le printemps. Ce parcours sera ponctué de citations de Dany Laferrière, Réjean Ducharme, Joséphine Bacon, Kim Thúy, Roland Giguère et Monique Proulx. La destination : le Palais des congrès, qui doit accueillir le prochain Salon du livre de Montréal.

Point de départ des parcours : place des Festivals, dans le Quartier des spectacles. On pourra faire ce parcours durant toute la durée du Festival.

> Consultez le site du FIL