Claude Kérouac a disparu. Elle n’a que 11 ans, mais sa famille met deux jours à s’apercevoir de son absence. La lieutenante Gladys Vandal et le sergent Félix Lorca entreprennent leur enquête avec suspicion. Les Kérouac – pas trop inquiets et sur la défensive – leur cachent-ils quelque chose ?

Catherine Handfield
Catherine Handfield La Presse

Il faut dire que la petite Claude est elle aussi singulière. Un chapitre sur deux est consacré à de longs monologues de la fillette, qui se raconte à une mystérieuse thérapeute en fauteuil roulant. Claude lui parle de ses nombreux frères et sœurs, de sa mère très occupée, de ses cachettes où elle cherche l’ombre. Son récit est ponctué de réflexions brillantes et déstabilisantes. Au fil des chapitres, les secrets de famille remontent tranquillement à la surface.

Bien que les monologues comportent des longueurs et des détails superflus (sa manie de donner la définition des mots peut être agaçante), l'auteur Guy Lalancette parvient à dresser un portrait complexe et attachant d’une fillette aux premiers abords insaisissable, voire dérangée. Le suspense est maintenu jusqu’à la toute fin. Et à la toute fin, tout s’explique.