Ce n’est pas par effet de mode que Jonathan Safran Foer écrit que l’avenir de la planète passe par l’assiette.

Nathalie Collard Nathalie Collard
La Presse

Déjà en 2011, il abordait la problématique de la consommation de la viande dans son essai Faut-il manger les animaux ?

Le romancier poursuit sur sa lancée avec cette charge à fond de train contre l’élevage intensif des animaux afin d’alimenter les carnivores, responsables en grande partie, selon lui, de l’extinction de notre environnement.

Safran Foer aborde cette question explosive avec sa verve et son humour habituels, chiffres et données probantes à l’appui, et on salue le sérieux de son travail ainsi que ses convictions.

Mais en le lisant, on se dit tout de même qu’au nombre de livres qui se publient sur le sujet, on le préfère comme romancier, là où il demeure unique en son genre.

★★★

L’avenir de la planète commence dans notre assiette, de Jonathan Safran Foer, traduit de l’anglais (États-Unis) par Marc Anfreville. Éditions de l’Olivier.