Source ID:bfaf5ad0958c391b8cf7d9adfb13bcaf; App Source:StoryBuilder

Anna Burns remporte le prix Man Booker

Anna Burns est la première écrivaine originaire d'Irlande du... (PHOTO Frank Augstein, REUTERS)

Agrandir

Anna Burns est la première écrivaine originaire d'Irlande du Nord à décrocher le prix de 85 000 $.

PHOTO Frank Augstein, REUTERS

Associated Press
Londres

Anna Burns a remporté mardi le prestigieux prix Man Booker pour la fiction grâce à son roman Milkman, une histoire de famille, de communauté et de violence se déroulant dans les années 1970 en Irlande du Nord.

Anna Burns est la première écrivaine originaire de cette région du Royaume-Uni à décrocher le prix de 85 000 $, ouvert annuellement à la littérature anglophone de partout dans le monde.

Le trophée lui a été remis par Camilla Parker Bowles, la duchesse de Cornouailles et épouse du prince Charles, lors d'une somptueuse cérémonie au Guildhall, un bâtiment médiéval de Londres.

Milkman est narré par une jeune femme confrontée à un harceleur sexuel qui s'appuie sur des liens familiaux, des allégeances politiques et la pression sociale - un récit qui s'avère particulièrement actuel dans la foulée du mouvement #metoo, n'a pas manqué de souligner le président du jury, Kwame Anthony Appiah.

Anna Burns s'est démarquée de deux autres auteurs britanniques, deux Américains et une Canadienne.

Parmi les oeuvres en lice figuraient The Overstory (L'arbre monde) de Richard Powers, un récit environnemental ayant été qualifié de Moby Dick pour les arbres ; l'histoire d'un esclave évadé Washington Black de l'écrivaine canadienne Esi Edugyan et la saga familiale Everything Under de l'auteure britannique Daisy Johnson, âgée de seulement 27 ans.

Les autres finalistes étaient The Mars Room » (Le Mars club) de la romancière américaine Rachel Kushner, qui raconte l'histoire d'une femme purgeant une peine d'emprisonnement à perpétuité ; The Long Take de Robin Robertson, un roman sur un ancien combattant traumatisé qui parcourt différentes villes américaines en difficulté après la guerre.

Le prix donne généralement au gagnant un énorme coup de pouce en matière de ventes et de visibilité.

Les juges de cette année ont privilégié les nouveaux talents plutôt que les noms plus établis. Parmi les six finalistes, seule Esi Edugyan avait déjà été finaliste - pour Half-Blood Blues (3 minutes 33 secondes) en 2011 - et des favoris, dont le Canadien Michael Ondaatje, n'ont pas été retenus parmi la liste préliminaire de 13 romans.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer