L’animateur et comédien Yves Corbeil sera la tête d’affiche de la série « Ben voyons donc ! » de Zoofest, le 16 juillet au Monument-National, a appris La Presse. Un one-man show de 60 minutes intitulé Les jeux sont faits, tout va bien.

Jean Siag Jean Siag
La Presse

Yves Corbeil succède ainsi à Joël Legendre, Annie Brocoli et Anne-Marie Losique, qui se sont prêtés au jeu de cette série mettant en vedette des personnalités artistiques qui ne sont absolument pas des humoristes.

« Quand Patrick Rozon m’a contacté, j’étais incrédule et j’ai eu exactement cette réaction : “Ben voyons donc !”, nous a raconté Yves Corbeil. Puis, je me suis dit que ça pourrait me donner l’occasion de raconter des aspects de ma vie que les gens connaissent moins. Mais c’est sûr que ça fait peur, c’est comme un saut en parachute ! »

IMAGE FOURNIE PAR ZOOFEST

L’affiche du spectacle Les jeux sont faits, tout va bien

Des anecdotes et des histoires sur sa carrière d’artiste, Yves Corbeil n’en manque pas. Avec l’auteur Luc Michaud et le directeur de Zoofest, Patrick Rozon, qui signera la mise en scène, il vient de commencer l’écriture du spectacle.

L’engrenage de la publicité

Il a l’intention de raconter comment il est devenu animateur alors qu’il venait à peine de commencer sa carrière d’acteur, mais il reviendra assurément sur les contrats publicitaires qui l’ont rendu célèbre, que ce soit pour Loto-Québec, la margarine Fleischmann’s ou, évidemment, les magasins d’électroménagers Corbeil (aucun lien de parenté, pour ceux qui se le demandent encore).

« C’est sûr que quand tu fais beaucoup de pub, tu es comme barré pour plein de projets, nous explique-t-il. Les gens se disent que tu n’es pas libre ou que ça ne te tente pas trop… À l’époque, j’ai accepté de faire les tirages pour Loto-Québec parce que j’avais trois jeunes enfants et que ça me permettait d’avoir un petit fonds, justement pour faire autre chose. »

Yves Corbeil regrette parfois la place qu’a prise la publicité dans sa carrière (il a joué au théâtre, dans des séries télé et fait beaucoup de doublage).

« On est vite étiqueté et lorsqu’on a plus de temps, les offres ne viennent pas toujours. On dirait qu’une fois qu’on se retrouve dans l’engrenage, on n’a pas le choix de continuer. »

Ses nombreux rôles publicitaires couplés à sa voix de baryton et à sa dégaine de séducteur lui ont valu des railleries et des parodies. Mario Tessier, des Grandes Gueules, s’est payé sa tête quelques fois au micro de Radio Énergie. Plus récemment, Les Denis Drolet ont composé une chanson avec pour tout refrain : « Je voudrais être pareil que Yves Corbeil ! »

Visionnez la parodie de Mario Tessier

Écoutez la chanson des Denis Drolet

Ces pastiches amusent Yves Corbeil. « Ça ne me heurte pas du tout, nous dit-il. Au contraire, je trouve ça extraordinaire et je le prends quasiment comme un hommage. Je suis capable d’autodérision et puis honnêtement, les imitations de Mario Tessier sont très drôles, ce n’est pas méchant. Je l’ai croisé récemment, il m’a demandé : “Ça ne te dérange pas ?”, et je lui ai répondu : “Pas du tout !” »

Besoin de défis

Yves Corbeil, qui a également étudié en histoire de l’art à l’Université de Montréal, a l’intention de parler de sa jeunesse (il était bègue) et de son intérêt pour le théâtre qu’il attribue à son père, qui travaillait pourtant dans la cantine d’une imprimerie…

« Mon père était aveugle [il souffrait de rétinite pigmentaire] et il y avait une association nationale pour personnes aveugles qui avait toujours des billets gratuits pour aller au théâtre. Mon père y allait, mais il avait besoin d’un guide. Donc dès l’âge de 8 ans, je l’accompagnais dans tous les théâtres de Montréal et c’est comme ça que j’y ai pris goût ! »

Finalement, le timing de ce spectacle est idéal pour Yves Corbeil qui, à 74 ans, se sent en pleine forme. « Depuis que je n’ai plus de contrat avec Loto-Québec et Corbeil, je me sens tardivement serein et j’ai besoin de nouveaux défis. L’un d’eux est de retravailler comme acteur. Au théâtre, notamment, parce que c’est quand même ma formation. Donc, ce show me donne l’occasion de raconter tout ça avec humour. »

Consultez le site de Zoofest