C’est le choc – soigneusement amorti – des idées.

Marc Tison
Marc Tison La Presse

La firme montréalaise Shapeshift 3D, spécialisée dans la fabrication personnalisée d’accessoires adaptés au corps, va aider CCM à démocratiser son révolutionnaire casque de hockey Super Tacks X, que son rembourrage réticulaire fabriqué sur mesure en impression 3D réservait pour l’instant aux joueurs professionnels. Dont certains chez le Canadien, pour prendre un exemple au hasard.

Lancé en 2020, ce casque se caractérise par une doublure faite d’entrelacs de quelque 130 000 fines entretoises en polymère, formant un réseau dense qui combine un excellent amortissement des impacts avec une grande légèreté et une aération sur toute sa périphérie.

Pour la saison 2021, CCM a offert aux joueurs professionnels un ajustement personnalisé, réalisé avec la numérisation 3D de la forme de leur tête. Ce fichier sert ensuite à une longue manipulation numérique pour ajuster la configuration du fin treillis. Les six pièces de ce rembourrage sont alors imprimées en 3D avant d’être assemblées dans la coque du casque.

En raison de la durée et de la complexité du procédé numérique, ce casque taillé sur mesure n’est proposé qu’aux hockeyeurs d’élite. CCM veut le rendre disponible à tous les joueurs. C’est ici qu’intervient Shapeshift 3D.

La jeune entreprise montréalaise offre « un logiciel aux fabricants d’orthèses, de prothèses et d’équipements sportifs pour qu’ils puissent proposer des produits sur mesure à leurs clients, à une grande échelle et à un coût optimal », explique son président Jonathan Borduas. Appuyé par l’intelligence artificielle, ce logiciel utilise la numérisation 3D d’une partie du corps pour créer le fichier numérique d’une pièce personnalisée prête à la production par impression 3D.

Cette solution, à laquelle Jonathan Borduas travaille depuis sept ans, a commencé à être commercialisée en 2019, permettant à Shapeshift 3D de se hisser dans les ligues majeures de l’industrialisation de l’équipement corporel sur mesure. « Il y a quelques joueurs dans le monde, informe l’entrepreneur. Ce qui nous distingue, c’est que ça fonctionne pour vrai avec nous. On permet le volume, la grande échelle. »

Shapeshift 3D fait d’ailleurs partie d’un consortium canadien qui a obtenu une des quatre bourses accordées par la Ligue nationale de football (NFL) pour la conception d’un casque plus sécuritaire. Jonathan Borduas subodore que c’est cette reconnaissance qui a incité CCM à faire appel à Shapeshift 3D pour accélérer et simplifier son système de personnalisation. « On parle d’un processus qui pouvait prendre plusieurs heures par joueur au niveau de la manipulation des fichiers 3D pour réussir à personnaliser un seul casque, décrit-il. On passe à un processus qui est 100 % automatisé. »

Sur la base d’une numérisation 3D de la tête du client effectuée avec les appareils fournis par CCM à certaines boutiques spécialisées, le logiciel de Shapeshift 3D fera l’ajustement du rembourrage et produira le fichier 3D nécessaire à la fabrication par impression 3D chez CCM.

Le projet est en cours, mais son échéance n’est pas connue. « C’est un jalon très important pour nous parce que cette entreprise est un leader dans son domaine, souligne Jonathan Borduas. On espère travailler avec d’autres leaders dans d’autres industries dans le futur. »

L’entreprise connaît actuellement une croissance de 15 % par mois, « et on est à la recherche d’investisseurs pour la soutenir et pénétrer d’autres marchés », glisse-t-il.

Quand les détergents dépassent les bornes

PHOTO FOURNIE PAR GROUPE LLENAR

Le consommateur peut prendre le contenant réutilisable approprié, le remplir et payer le tout à la caisse.

Une nouvelle borne vient d’être franchie dans la distribution en vrac, avec celles qui seront installées dans une dizaine de supermarchés Provigo du Québec pour l’écoulement de produits nettoyants liquides. Les distributrices Ecoborne, fabriquées à L’Ange-Gardien par le Groupe Llenar, sont à la fois des bornes de remplissage automatique et des présentoirs de contenants adaptés à ces appareils. Le consommateur peut y prendre le contenant réutilisable approprié, le remplir et payer le tout à la caisse, pour des rabais qui atteignent 20 %. Pour l’instant, les magasins Provigo participants alignent trois bornes : deux pour le détergent à lessive et le liquide à vaisselle Biovert, et une autre pour le savon corporel Bionature. La marque Ecoborne, vouée à la distribution de produits écologiques en vrac, et le Groupe Llenar, qui se consacre à la conception et à la fabrication de leurs machines distributrices, ont été créés par l’entrepreneure Jacinthe Brouillard.

Un arc-en-ciel au-dessus des entreprises favorables aux LGBT+

La Chambre de commerce LGBT+ du Canada (CCGL) vient de lancer son nouveau programme national d’accréditation Arc-en-ciel Officiel qui veut aider les consommateurs et les employés potentiels à identifier plus facilement les entreprises favorables aux LGBT+ à travers le pays. Pour obtenir le sceau Arc-en-ciel Officiel, les entreprises devront respecter un ensemble de normes dans quatre domaines : les politiques et les pratiques, la formation, l’engagement en faveur d’un leadership inclusif et une culture inclusive. Le coût initial du programme, qui se réalise en moins d’une semaine, est de 299 $ plus taxes pour les petites entreprises. Le prix s’adapte à la taille de l’entreprise. Elles apparaîtront dans le répertoire des entreprises Arc-en-ciel Officiel destiné aux consommateurs. Après l’appui, le beau temps.

Compter les têtes et réduire les files au Musée de la civilisation

PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL

Le Musée de la civilisation de Québec

C’est ce qui s’appelle exposer sa technologie : l’admission de l’entreprise québécoise Axper au Musée de la civilisation de Québec lui permettra d’y raccourcir les files d’attente. À l’aide de caméras 3D, le système de la firme de Richelieu calcule le nombre de visiteurs dans une salle et autorise l’entrée en fonction de l’achalandage. Lorsqu’une salle a atteint sa pleine capacité, les visiteurs en surnombre peuvent s’inscrire dans une file d’attente virtuelle à l’aide de leur téléphone intelligent et continuer entre-temps leur visite dans les salles disponibles. Une alerte les avise lorsqu’ils peuvent accéder à leur tour à la salle convoitée. Cette nouvelle technologie a été testée avec l’exposition Effets spéciaux ! durant l’hiver 2021 et vient d’être reprise dans le cadre de l’exposition Ô merde ! inaugurée le 17 juin. Spécialisée dans la gestion automatisée de l’achalandage, Axper a déployé ses systèmes de capteurs 3D à travers le monde.

1 million de dollars

C’est la somme consentie par Telus pour aider les PME canadiennes, qui pourront demander une subvention de 10 000 $ et des publicités locales personnalisées. Des lauréats seront choisis chaque semaine.