(San Francisco) Google a présenté mercredi ses derniers outils pour les commerces de proximité en souffrance à cause des mesures de distanciation sociale, une semaine après la promotion par Facebook du cybercommerce sur ses plateformes, pour les mêmes raisons.

Agence France-Presse

Le géant d’internet entend permettre aux PME de mieux communiquer et aux consommateurs de trouver toutes les informations nécessaires en une seule recherche : horaires d’ouverture temporaires, réservations, possibilité de sessions en ligne (pour le sport) ou de livraison à domicile (et via quel partenaire), etc.

« L’idée est que Google puisse être ce point d’accès unique pour savoir comment interagir en ligne avec telle enseigne et rendre l’accès à ce genre d’infos vraiment facile », a expliqué Jen Fitzpatrick, vice-présidente du groupe responsable de Google Maps, lors d’une conférence de presse.

La pandémie et le confinement ont accéléré la transition numérique pour les PME qui s’y étaient mises, comme pour celles qui s’en étaient jusqu’à présent dispensées.

Google cite ainsi une étude du Connected Commerce Council, selon laquelle près d’un patron de petite entreprise sur trois estime qu’il aurait dû fermer ses portes, au moins en partie, sans les outils numériques.

En parallèle les clients se sont tournés en masse vers les services de livraison, notamment pour la nourriture.

La société californienne constate que les recherches intitulées « plats à emporter à proximité » ont bondi de 260 % dans le monde depuis février.

Via Google et Google Maps, les restaurants et même les « cuisines virtuelles » (qui ne font que de la nourriture à emporter) peuvent indiquer toutes sortes de précisions sur leur façon de fonctionner pendant la crise (à quels horaires peut-on récupérer une commande et de quelle façon : à l’extérieur, à l’intérieur…).

« Maintenant nous allons aussi montrer toutes les options (de livraison), mais en donnant au restaurant la possibilité de spécifier celle qu’ils préfèrent », a ajouté Jen Fitzpatrick.

La plateforme a récemment ajouté, dans six pays, une option pour soutenir les PME en difficulté. Elles peuvent insérer un lien vers une plateforme comme PayPal ou GoFundMe pour les internautes qui souhaitent les soutenir.

À partir de mercredi, cette option va être déployée dans 18 pays supplémentaires.

Depuis février les recherches internet du type « Comment aider les petites entreprises » ont augmenté de 700 %, selon Google, et concernent aussi bien les librairies que les bars ou les studios de danse.

Google et Facebook, les deux leaders de la publicité en ligne, ont à cœur de fidéliser les millions de PME susceptibles de passer des annonces aussi bien sur le moteur de recherche que sur les différentes plateformes, de YouTube à Instagram.