L’innovation: un logiciel permettant aux concepteurs d’usines et de chaînes de production de recréer facilement une maquette en 3D réaliste de leurs installations, puis d’y prévisualiser l’ajout d’équipements.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

Qui ?

PreVu3D, entreprise montréalaise d’une dizaine d’employés fondée en 2017 et qui a déjà attiré un très important fonds de capital de risque japonais. Son cofondateur, Nicolas Morency, a étudié en génie mécanique. Il développait son idée lors de l’un de ses premiers mandats, pour la construction d’une chaîne de production de fromage Velveeta aux États-Unis, quand il a constaté, à son grand étonnement, la vétusté des logiciels utilisés. L’entreprise a depuis collaboré à de nombreux projets, notamment chez Agropur.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Nicolas Morency, cofondateur de PreVu3D

Je suis un ingénieur mécanique, pas un programmeur, alors j’allais sur des forums sur l’internet pour copier des lignes de code et les coller dans un moteur de jeux vidéo.

Nicolas Morency, qui s’est débrouillé pour concevoir lui-même la première version de son produit

Le produit

– La solution de PreVu3D peut utiliser des données de captation 3D provenant de différentes sources allant d’une simple caméra pour jeux vidéo à de coûteux et performants systèmes au laser.

– Elle utilise un outil conçu pour les jeux vidéo afin de permettre à l’utilisateur de naviguer dans son usine comme s’il s’agissait d’un jeu.

– Le produit est livré sous la forme d’un fichier exécutable autonome relativement léger, qui n’exige pas que l’utilisateur possède un ordinateur très puissant ou des logiciels spécialisés coûteux.

– L’utilisation est très simple, tellement qu’« il n’y a même pas de documentation », affirme M. Morency.

– En quelques clics, l’utilisateur peut délimiter un objet qu’il souhaite retirer de l’environnement (l’ancienne machine, une table, un chariot, etc.). Le logiciel comble le vide ainsi créé et transforme l’objet retiré en objet virtuel qu’il sera possible d’insérer ailleurs.

– La plupart des fabricants de machinerie industrielle peuvent fournir des fichiers 3D de leurs produits dans des formats leur permettant d’être insérés dans l’environnement virtuel produit par PreVu3D et d’ainsi prévoir le meilleur aménagement possible d’une nouvelle chaîne de production en fonction de l’espace disponible.

Dans l’avenir

PreVu3D fonctionne encore comme une entreprise de services, mais compte progressivement migrer vers un modèle de revenus récurrents, comme c’est le cas de la plupart des entreprises technologiques.

Malgré son jeune âge, elle a déjà attiré l’attention de géants de ce domaine, qui lui font de l’œil.

Elle souhaite aussi percer le marché américain, mais pas à court terme.

« Cette année, on est surtout concentrés sur le Canada et l’Europe, dit M. Morency. Je ne veux pas aller aux États-Unis pour m’exercer, je veux y aller pour gagner. »