Les frais bancaires ne représentent peut-être que 15 $ à 20 $ par mois pour la plupart des Canadiens, mais des experts estiment que le fait de passer à une institution sans frais ou de minimiser ses frais avec sa banque représente un bon moyen d’économiser une plus grande somme d’argent chaque année.

Salmaan Farooqui La Presse Canadienne

Vanessa Bowen, fondatrice de la société de finances personnelles Mint Worthy, se souvient d’un de ses clients qui, sans s’en rendre compte, payait à sa banque 75 $ par mois en raison de frais de transaction individuels.

« Les gens ne réalisent pas vraiment combien ils paient en frais bancaires tant qu’ils n’ont pas vraiment commencé à suivre leurs dépenses », observe Mme Bowen, ajoutant que son client était passé à une banque sans frais la semaine suivante.

« Je pense que les gens agissent un peu plus de la sorte à cause de la COVID-19 et ils sont attentifs à l’endroit où ils placent leur argent. »

Randolph Taylor, conseiller chez Credit Canada, une organisation qui aide les Canadiens à gérer leurs problèmes d’endettement, souligne qu’un compte bancaire sans frais peut également être un pas dans la bonne direction pour quelqu’un qui cherche à maximiser ses remboursements de dette.

« Ce n’est pas une énorme goutte dans le seau […], mais un cent économisé est un cent gagné », illustre M. Taylor, qui convient que l’utilisation accrue des services bancaires en ligne au cours de la dernière année pourrait faciliter le passage à une banque de taille moyenne qui fonctionne essentiellement en ligne.

« Maintenant que les consommateurs maîtrisent mieux comment effectuer leurs opérations bancaires depuis leur domicile, sur leur téléphone ou sur leur ordinateur portable, ils seront peut-être plus réceptifs au passage à ces banques. »

Cependant, il souligne que les gens ne sont pas toujours disposés à faire une telle démarche simplement pour obtenir un gain financier relativement faible.

Isaiah Chan, directeur des services de conseil à la Credit Counseling Society, estime que plusieurs de ses clients préfèrent retrouver différentes options de prêt et d’investissement sous un même toit — ce que les banques de taille moyenne ne peuvent pas toujours offrir.

Pour les clients existants des grandes banques canadiennes qui ne veulent pas changer d’institution financière, M. Chan conseille aux gens de jeter un coup d’œil au type de compte dont ils disposent pour voir s’ils peuvent économiser sur les frais tout en restant fidèles à l’institution en passant à un autre compte.

Parfois, les clients paient pour des avantages qu’ils n’utilisent pas, tels que des transactions en devises étrangères gratuites, observe M. Chan.

« Si on regarde la majorité des institutions financières, même celles qui facturent des frais […], elles ont toutes des options de compte-chèques à faible coût », indique-t-il.

Mme Bowen affirme que les consommateurs qui finissent par passer à un fournisseur sans frais ont souvent des options pour tirer le meilleur parti de leurs habitudes de dépenses, comme l’ouverture d’un compte PC Finance, qui offre des récompenses avec des points de fidélité pour des dépenses comme l’épicerie.

« Une fois qu’on accumule 100 $ de points, on peut les utiliser pour l’épicerie — ces 100 $ qui n’ont pas été dépensés en épicerie peuvent être consacrés au remboursement de la dette. »