La récréation est terminée pour les consommateurs endettés.

Stéphanie Grammond Stéphanie Grammond
La Presse

Finies les nouvelles demandes pour les reports de paiement sur les hypothèques dont ont profité 795 000 Canadiens. Finis les assouplissements sur les cartes, les marges de crédit et les prêts auto qui ont donné de l’oxygène à 477 000 particuliers.

Les prêteurs ont recommencé à envoyer des huissiers sonner à la porte des clients qui ne paient pas leurs comptes. Graduellement, Revenu Québec a repris ses mesures de recouvrement pour récupérer les impôts impayés.

Bref, les obligations reprennent, même si la pandémie est loin d’être terminée. « On est dans les derniers milles où l’on peut tirer sur l’élastique », prévient Pierre Fortin, président du réseau de syndics Jean Fortin.

C’est le temps ou jamais de redresser votre pointage de crédit, si vous ne voulez pas payer une fortune en intérêts, mais aussi en primes d’assurance*.

Récemment, une lectrice m’a raconté qu’elle avait dû prêter de l’argent à sa fille pour l’achat d’une maison. Mais à cause de son mauvais dossier de crédit, la jeune femme a été obligée de payer une prime d’assurance habitation d’environ 5000 $, alors que l’ancien propriétaire payait autour de 1000 $.

« Depuis deux ans, ma fille fait de gros efforts pour rétablir son pointage. Mais ce n’est pas si évident. Que pouvons-nous faire pour accélérer l’amélioration de son dossier ? », me demande-t-elle.

Il n’y a pas de miracle. Il faut de la discipline et de la patience.

« Mais les gens sont pressés d’améliorer rapidement leur dossier de crédit », constate Hélène Hétu, consultante budgétaire à l’ACEF Rive-Sud de Montréal.

Voulant brûler les étapes, les consommateurs succombent aux publicités des vautours qui leur promettent de rebâtir leur crédit à grands frais, alors que les associations de consommateurs peuvent les épauler gratuitement.

La semaine dernière, Mme Hétu a d’ailleurs rencontré une dame qui avait près de 50 000 $ de dettes : prêt auto, cartes de crédit, cartes de grands magasins… Prétendument pour améliorer son pointage de crédit, une société de finance venait de lui accorder un « prêt épargne » de 1500 $ sur quatre ans… à 19,9 % d’intérêts. En fin de compte, son placement lui coûtera 681 $ de frais de crédit. Belle manière d’aider les gens à se sortir du trou !

Si elle l’avait rencontrée plus tôt, Mme Hétu aurait dit à la consommatrice : « Fais pas ça ! Organise ton budget et rembourse tes dettes les plus coûteuses en premier. »

Pour reconstruire son crédit, il n’y a pas de secret. Il faut suivre les règles de base.

1. Scrutez votre dossier à la loupe

Première étape : commandez votre dossier de crédit qu’Equifax et TransUnion doivent vous envoyer gratuitement. Pour divulguer le pointage, les agences poussent les consommateurs vers des abonnements qui peuvent coûter très cher. Méfiez-vous.

Le pointage est comme votre bulletin financier. La note varie entre 300 et 900. Au-dessus de 760, c’est excellent. Entre 725 et 759, très bon. Jusqu’à 680, ça va toujours. Mais en dessous de ce seuil, vous pourriez avoir du mal à obtenir du financement.

Pour améliorer votre score, faites corriger les erreurs trop fréquentes et fermez les vieux comptes oubliés. « Pour annuler une carte de crédit, on ne peut pas juste mettre les ciseaux dedans », rappelle Mme Hétu.

2. Payez à temps, tout le temps

Vos habitudes de remboursement, plus particulièrement au cours des trois dernières années, constituent 35 % de votre note.

Pour améliorer votre score, payez toujours tous vos comptes à temps. Il n’y a pas de petit retard. Votre pointage en souffrira même si vous êtes passé tout droit de quelques jours et même s’il ne s’agit que de quelques dollars.

Et n’oubliez pas le cellulaire qui est souvent la première expérience se retrouvant dans le dossier de crédit des jeunes. « Si tu t’es chicané avec le fournisseur et que tu as annulé ton contrat pour aller ailleurs, sans payer une petite somme, ça peut laisser une trace », raconte M. Fortin aux jeunes à qui ils donnent des formations.

3. Restez loin de la limite

L’utilisation du crédit compte pour 30 % de votre note. Idéalement, n’utilisez pas plus que 35 % de vos cartes et marges de crédit. Au pire, ne dépassez pas 50 % du crédit accordé. Même si vous remboursez au complet à la fin de chaque mois, cela envoie le signal que vous êtes à court de ressources.

Par exemple, si vous dépensez 1500 $ avec votre carte, il vaut mieux avoir une limite de 5000 $ que de 2000 $. Évidemment, le risque de vous endetter est plus grand. « Mais quand on est capable d’avoir du crédit sans l’utiliser, c’est là que le score monte le plus rapidement », dit M. Fortin.

4. Ne courez pas après le crédit

« Quand ils se font refuser un prêt, certains consommateurs font immédiatement une autre demande ailleurs, puis une autre », raconte Mme Hétu.

C’est le pire réflexe ! Trop de demandes de cartes de crédit ou de prêts durant une courte période envoient le signal que vous êtes en détresse. Cela compte pour 15 % de votre pointage.

5. Trop, c’est comme pas assez

Vous avez une collection de cartes de crédit ? Ce n’est pas bon. Vous n’avez pas de carte du tout ? Ce n’est guère mieux.

Pour améliorer son score, il faut avoir une variété de types de crédit avec des conditions différentes : cartes, marges, prêt auto, crédit à tempérament, hypothèque, etc. Cette variable représente 10 % de votre pointage.

Un mot sur les cartes sécurisées offertes aux gens qui se relèvent d’une faillite. Ils doivent donner un dépôt équivalent à leur limite de crédit. « Ces cartes apparaissent au bureau de crédit, mais ont peu d’impact sur le pointage, parce qu’il y a une garantie qui y est rattachée », explique M. Fortin.

6. Misez sur la stabilité

Votre historique compte pour le dernier 10 % de votre pointage.

« Les prêteurs aiment la stabilité. Dans votre emploi, votre domicile, votre crédit », énumère Mme Hétu. Si vous faites le ménage dans vos cartes de crédit, conservez la plus ancienne pour maintenir cet historique.

Relisez ma chronique sur le dossier de crédit et les assurances

https://www.lapresse.ca/affaires/finances-personnelles/2020-09-20/votre-dossier-de-credit-peut-tripler-votre-prime-d-assurance. php