Source ID:; App Source:

Soldes d'après Noël: à l'assaut des aubaines

Même si notre rapport aux grands rabais du... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Même si notre rapport aux grands rabais du temps des Fêtes se modifie d'année en année, le Boxing Day et ses semblables - le Vendredi fou (Black Friday) et le Cyberlundi (Cyber Monday) - demeurent des occasions en or pour les commerçants et leurs clients.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Samuel Larochelle

Collaboration spéciale

La Presse

Les soldes d'après Noël, le Vendredi fou et le Cyberlundi ne profitent pas qu'aux détaillants. Pour vous aider dans la ruée des soldes de décembre, nous vous présentons les conseils de chasseuses d'aubaines aguerries.

Conseils de chasseuses d'aubaines

Jeannie Rivest et Michèle Métivier sont de véritables chasseuses d'aubaines. Voici leurs trucs et astuces afin de profiter des rabais du temps des Fêtes, sans vider votre portefeuille ni perdre votre sourire.

Jeannie Rivest

Habillez-vous efficacement

Plusieurs magasins ferment leurs cabines d'essayage le 26 décembre. Il est donc pertinent de s'habiller légèrement. Je favorise généralement les leggings et une camisole. Cela me permet d'essayer des vêtements en les mettant par-dessus.

Organisez-vous un parcours

Il est possible d'aller voir les rabais des commerçants sur leurs sites web. Ce faisant, je planifie un parcours de magasins à couvrir pour maximiser mon temps. Je peux facilement passer deux heures à regarder les offres sur le web pour gagner beaucoup de temps une fois sur place.

Retournez vos cadeaux en temps et lieu

Puisqu'il y a des files d'attente longues et pénibles à la caisse durant le Boxing Day, je déconseille fortement aux consommateurs de faire des échanges et des demandes de remboursement le 26 décembre. Attendez quelques jours et épargnez plusieurs heures.

Profitez de l'offre diversifiée

En ligne, l'offre est parfois plus intéressante que les rabais. On découvre des vêtements, des accessoires ou des outils de cuisine géniaux qu'on ne retrouve pas en magasin. Et souvent, c'est bien moins cher. J'achète régulièrement sur les sites rosegal.com et boutiqueonze.ca.

Michèle Métivier

Abonnez-vous aux infolettres 

Vous serez les premiers avisés des ventes à venir ou les seuls à profiter d'un rabais spectaculaire sur un achat en magasin ou en ligne. Toutes sortes de privilèges sont accordés, comme des invitations à des événements promotionnels réservés aux abonnés. L'année dernière, durant le Cyberlundi, j'ai mis la main sur un sac à main à 75 % de rabais chez Kate Spade. Pendant Thanksgiving ou la Boxing Week, on peut recevoir des offres très intéressantes !

Préparez-vous et achetez en ligne

En novembre, je surveille attentivement toutes les aubaines à venir en vue du Vendredi fou et du Cyberlundi. Mais pas question de perdre du temps dans la cohue, de me heurter aux foules et aux files d'attente. Je préfère de loin le confort de mon salon. En ligne, les grandes chaînes proposent souvent des rabais sur les prix courants et des soldes, en plus d'offrir la livraison gratuite à l'occasion. Sur l'internet, il y a souvent plus de choix de grandeurs et de couleurs, et les rabais sont parfois prolongés. De plus, certaines boutiques en ligne offrent en tout temps de meilleurs prix. JCREW offre en quasi-permanence 25 % de rabais sur son site web.

Prévoyez une virée aux États-Unis

Je passe généralement la Boxing Week aux États-Unis. Puisque je ne cours pas les foules, j'attends que la folie du 26 décembre soit passée pour me rendre dans les boutiques. Je magasine dans les sections soldes des magasins, où la marchandise est déjà liquidée. Je privilégie des boutiques de liquidation de grands magasins, comme Marshalls, TJ Maxx ou Nordstrorm Rack, l'« outlet » des grands magasins Nordstrorm. Selon moi, ces magasins ont les offres les plus intéressantes, toutes marques confondues. J'y ai déjà trouvé une paire de bottes en cuir Michael Kors à 350 $, mais soldée à 119 $. Cependant, ces boutiques n'ont pas de très grands inventaires de tailles différentes. Et oui, il faut chercher entre les rayons pour trouver les meilleures aubaines... à mon grand plaisir !

Profitez d'une deuxième réduction

Les pourcentages de rabais additionnels sur les soldes sont relativement fréquents, et certains magasins ont des politiques de révision de prix. Ainsi, dans un délai donné (7, 10 ou 14 jours), il est possible de réajuster sa facture avec les nouveaux soldes en vigueur du magasin. Par exemple, j'ai acheté un veston de cuir à 119 $ un mercredi chez GAP. En voyant la quantité de marchandises en solde, je me doutais que la boutique offrirait un rabais additionnel de 30 % à partir du vendredi, pour liquider la marchandise durant la fin de semaine. Effectivement, je suis revenue en boutique lors du week-end avec ma facture pour appliquer ce 30 % sur mon achat récent. Les boutiques qui offrent cette politique l'appliquent généralement aussi en ligne.

PETITE HISTOIRE DES OFFRES AVANT ET APRÈS NOËL

Même si notre rapport aux grands rabais du temps des Fêtes se modifie d'année en année, le Boxing Day et ses semblables - le Vendredi fou (Black Friday) et le Cyberlundi (Cyber Monday) - demeurent des occasions en or pour les commerçants et leurs clients. La Presse en a discuté avec Benoit Duguay, professeur à l'École des sciences et de gestion de l'Université du Québec à Montréal, et avec JoAnne Labrecque, enseignante en marketing à HEC Montréal.

À quand remonte l'origine des soldes d'après Noël ?

Certains évoquent une tradition du XIXe siècle en Grande-Bretagne. Le 26 décembre, les riches donnaient aux employés de maison des petites boîtes (Christmas box) avec de l'argent et des cadeaux pour les remercier de leurs services durant l'année. D'autres remontent au Moyen Âge, alors qu'on laissait des sous dans les boîtes d'aumônes pour donner aux pauvres. Ou au début de l'ère chrétienne, lorsqu'on recueillait de l'argent pour les démunis dans des boîtes de métal, durant la fête de la Saint-Étienne, le 26 décembre.

Depuis un demi-siècle, la société de consommation a transformé le lendemain de Noël en foire commerciale, où les stocks sont écoulés au rabais. Qui en profite le plus : les clients ou les marchands ?

Après Noël, les commerçants écoulent leur marchandise, pour éviter que des liquidités dorment sur leurs tablettes et qu'ils manquent d'argent pour se réapprovisionner. Étant donné qu'ils réalisent entre 30 et 50 % de leurs ventes annuelles durant la période des Fêtes et que les gens font leurs gros achats d'hiver avant Noël, les détaillants font des promotions pour ne pas être pris avec leurs stocks trop longtemps.

La consommation est un système où les commerçants et les consommateurs sont interdépendants. Je n'aime pas démoniser les marchands en affirmant qu'ils veillent uniquement à leurs intérêts le jour du Boxing Day. C'est normal d'adopter des stratégies pour faire de l'argent. Et les rabais sont très avantageux pour les consommateurs.

Contrairement à certains, je ne crois pas que les événements comme le Boxing Day créent uniquement des envies d'achats dont les gens n'ont pas besoin. Les consommateurs sont tellement informés de nos jours qu'ils savent si les promotions valent la peine. Oui, les rabais provoquent des achats impulsifs, et on se dit parfois que si on a économisé sur un objet, on peut acheter autre chose. Mais en général, les gens ont un budget. Il faut de vrais bons rabais pour les attirer. On est dans une ère qui favorise les consommateurs. La concurrence entre les détaillants est si forte qu'ils sont obligés d'offrir de grands rabais.

Pourtant, à peine 10 % des Québécois disaient avoir fait des achats le 26 décembre, au cours des trois dernières années. Assiste-t-on au déclin des soldes d'après Noël ?

La frénésie est différente. Le Boxing Day n'est plus qu'une autre grosse vente dans une longue période de promotions. Les consommateurs sont essoufflés rendus au 26 décembre. Certains commerces offraient 30 % de rabais en octobre. On a le Vendredi fou le 28 novembre et le Cyber lundi le 1er décembre. Plus on stimule les gens avec des promotions, plus leurs budgets s'épuisent. 

Le Vendredi fou est de plus en plus fort aux États-Unis depuis environ cinq ans. Et comme plusieurs entreprises américaines se trouvent en sol canadien et qu'elles adoptent cette pratique ici, l'ensemble des détaillants au pays sont obligés de suivre. Inévitablement, cela fait diminuer la plus-value du Boxing Day.

Néanmoins, il y a encore de longues files d'attente devant les magasins, le 26 décembre. Ça fait partie de notre folklore de faire la queue à moins 25 degrés pendant des heures, pour être le premier à profiter d'un énorme rabais. Il y a un phénomène tribal là-dedans. La file d'attente devient une petite communauté. Certains apportent des radios portatives, d'autres servent du café. C'est quasiment un happening en plein air.

Quelles sont les stratégies des commerçants pour attirer les clients ?

Certains offrent un seul produit à prix ridicule, pendant une très courte durée. D'autres vendent des articles en promotion en quantité très réduite, jusqu'à épuisement des stocks. C'est une façon de créer un événement et d'inciter les gens à faire la file très tôt le matin. Même le secteur du luxe est en train d'embarquer. Ogilvy a participé au Vendredi fou l'année dernière. Ses clients avec de hauts revenus sont très sensibles aux prix eux aussi.

Le Boxing Day ne commence plus tout à fait le 26, puisque les offres en ligne commencent le 24 décembre au soir, dès 20 h. Certains détaillants font une Boxing Week, ce qu'on ne voyait pas il y a 20 ans. Et plusieurs commerçants gardent une partie de leur marchandise en vue du Boxing Day. Ils vont même emballer les articles qui seront en vente le 26 avec un papier opaque pour éviter que leurs propres employés sachent ce qui sera en rabais et qu'ils en parlent aux clients.

Comment les commerçants peuvent faire des profits en offrant de 30 à 70 % de rabais ?

Ils ne calculent par leurs profits à l'unité. Quand ils achètent 100 000 unités d'un produit, ils vendent une portion à plein prix et engrangent beaucoup de profits. À la fin de l'année, le stock est déjà tout payé. Donc, même en offrant 50 % de rabais, ils font du profit pur.

LES ACHATS DES FÊTES, EN CHIFFRES :

  • 63 % des Québécois prévoient acheter des cadeaux de Noël
  • 2,18 milliards : budget des Fêtes des Québécois en 2014, soit 1 % de plus que l'an dernier (2,15 milliards)
  • 38 % des consommateurs sont à la recherche du meilleur prix
  • 25 % des consommateurs se limitent aux articles sur leur liste d'achats
  • + 40 millions : dépenses supplémentaires faites en ligne durant les Fêtes par rapport à 2013
  • 51 % des Québécois achètent dans les centres commerciaux
  • 23 % des Québécois envisagent acheter un ou plusieurs articles de Noël sur l'internet
Source : Conseil québécois du commerce de détail




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer