Source ID:; App Source:

Services d'autopartage: un frein à la voiture personnelle?

BIXI et la Société de transport de Montréal... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

BIXI et la Société de transport de Montréal (STM), qui auraient pu voir d'un mauvais oeil l'implantation des car2go et Auto-mobile, prêchent pour la complémentarité de l'offre.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

L'arrivée des services car2go et Auto-mobile à Montréal a apporté d'autres solutions pour le déplacement des résidants et des touristes. Au détriment des services offerts par BIXI, le transport en commun et les taxis? Survol de la situation et des choix offerts, un an après leur entrée en service.

LE BOUCHE À OREILLE COMME OUTIL DE DÉVELOPPEMENT

Comme les cônes orange, les façons de se déplacer à Montréal prolifèrent. L'avènement des services d'autopartage en libre-service car2go de Daimler et Auto-mobile de Communauto permet de rouler en Smart ou en Nissan Leaf sans avoir à réserver des heures à l'avance. Et, selon le temps de déplacement, pour quelques dollars seulement.

Combinées, les entreprises mettent près de 450 véhicules à la disposition des Montréalais et touristes dans Rosemont, le Plateau, Côte-des-Neiges, le Sud-Ouest, Notre-Dame-de-Grâce et Verdun. Et peut-être éventuellement dans Outremont et Hochelaga-Maisonneuve. 

Grâce à une vignette universelle, l'auto disponible peut se trouver devant le condo de l'utilisateur qui l'aura réservée sur internet peu de temps avant la prise de possession. « Bien des gens ont des préjugés sur l'autopartage : c'est difficile de réserver, c'est cher..., explique Benoît Robert, PDG de Communauto. On a toujours travaillé très fort pour diminuer le coût à l'heure. Le bouche à oreille est notre meilleur outil de développement. »

« L'intérêt d'un tel service est d'avoir accès à une voiture spontanément. Mais pour que ça fonctionne, il doit y en avoir une masse critique, soit une voiture à quelques coins de rue. »

- Jérémi Lavoie, directeur général de car2go autopartage Montréal

Service attendu ? Apprécié ? Car2go, qui n'exige qu'une inscription unique de 35 $, compte 10 000 abonnés. Grâce à Auto-mobile, Communauto a vu bondir son nombre de membres de 29 000 à 32 000. « L'arrivée d'Auto-mobile a permis d'atteindre des records de recrutement, dit Benoît Robert. Avec Communauto, on n'a jamais pu garantir aux membres qu'ils auraient une voiture à la dernière minute. Ce qu'on peut faire grâce à Auto-mobile. »

« On augmente le ratio nombre d'usagers par véhicule en ce moment, poursuit Benoît Robert. D'un point de vue environnemental, c'est positif. Notre but est de donner accès au nombre adéquat de voitures. La crainte, c'est que les gens trouvent que nos véhicules restent garés trop longtemps dans les quartiers résidentiels ou les rues commerciales. »

COMPLÉMENTARITÉ DE L'OFFRE

En entrevue, les dirigeants de car2go et d'Auto-mobile vantent le service d'autopartage en libre-service avant leur entreprise. « Souvent, les gens sont abonnés aux deux, mentionne Benoît Robert. Moi-même, je suis abonné à car2go ! C'est sain qu'il y ait plus de services. »

BIXI et la Société de transport de Montréal (STM), qui auraient pu voir d'un mauvais oeil l'implantation des car2go et Auto-mobile, prêchent pour la complémentarité de l'offre. La STM a des partenariats avec Communauto et BIXI. « On est gagnants en faisant la promotion de ces services, car ça s'inscrit dans le cocktail transport », dit Odile Paradis, directrice principale Affaires publiques de la STM. 

« Ce sont des programmes qui contribuent à repousser la décision d'acheter un véhicule. »

- Odile Paradis, directrice principale Affaires publiques de la STM

Les chauffeurs de taxi étaient cependant réticents, au départ, devant l'arrivée de car2go et d'Auto-mobile. « Ce sont évidemment des compétiteurs des taxis, dit Dominique Roy, président de Taxi Diamond. Tous les moyens alternatifs de transport sont vus d'un mauvais oeil par les chauffeurs. Mais il faut voir si celui qui utilise car2go est celui qui aurait autrement utilisé un taxi. Peut-être que c'est celui qui avait auparavant une voiture. »

Des données dévoilées lors du 48e congrès de l'Association québécoise des transports en 2013 montrent que 24 % des utilisateurs d'Auto-mobile auraient utilisé le transport en commun si le service de Communauto n'avait pas existé. Le pourcentage s'établit à 8 % pour le BIXI et à 13 % pour le taxi. « Le nombre de commandes passées par téléphone ou par notre application Taxi Diamond augmente de 10 % chaque année depuis quatre ans, à cause surtout des avancées technologiques, estime toutefois Dominique Roy. En 2010, on a ajouté les GPS et paiements par carte de crédit. Un investissement de trois millions de dollars. Car2go est un concurrent, mais qui nous oblige à innover. »

« L'autopartage en libre-service ne vient pas tant remplacer que s'intégrer à ce qui existe, dit Jérémi Lavoie. Nous prônons la complémentarité. Pour chaque trajet, les gens se demandent quelle est la meilleure option de déplacement. Il y a toutes sortes d'options pour remplacer la voiture personnelle. »

MOINS DE VOITURES PERSONNELLES ?

Car le vrai compétiteur, aux yeux de tous, c'est la voiture personnelle. À chaque utilisation, on souhaite séduire le consommateur pour qu'il laisse tomber la deuxième, voire la première voiture du ménage. « Les trois quarts des adhérents sont des gens qui ont renoncé à l'achat d'un véhicule ou qui ont vendu celui qu'ils possédaient », affirme Benoît Robert.

« Il faut un certain temps pour changer les habitudes, concède Jérémi Lavoie. Mais il se fait une transition dans la tête des gens : le transport n'est pas forcément une possession, mais un service. Daimler le voit. Il devient un fournisseur de mobilité. »

Stratégie de Daimler pour s'inscrire dans une tendance verte ou pour mettre plus de Smart en circulation ? « Ça aide à maintenir une culture de l'automobile dans certains pays où on a moins accès au permis de conduire, entre autres, répond Catherine Morency, professeure et titulaire de la Chaire Mobilité à Polytechnique Montréal. C'est une stratégie d'affaires de Daimler, mais car2go reste une très belle alternative à la possession de la voiture. »

Toujours est-il que grâce à de tels services, les consommateurs ont des tarifs plus abordables pour se déplacer en voiture. Même les entreprises de location de véhicules emboîtent le pas. Enterprise offre depuis mars, à Toronto notamment, la location à très court terme, plein d'essence inclus, à 6,75 $ de l'heure ! Taxi Diamond propose aussi, depuis un an, le partage des déplacements. « Il y a un changement de mentalité, note Catherine Morency. On considère de plus en plus les divers services en complémentarité. Le consommateur n'a jamais eu autant de choix (Netlift, UBER...). »

Mais l'achat d'une voiture est encore loin d'être un geste isolé ! Selon l'Agence métropolitaine de transport, on compte 2,1 millions de voitures dans les ménages de la grande région montréalaise. « Et ça augmente encore », note Catherine Morency.

QUATRE SCÉNARIOS, QUATRE CHOIX

Le consommateur a le choix. Car2go ? Communauto ? Auto-mobile ? Taxi en partage ? BIXI ? Bus ou voiture en location ? Tout dépend du type et de la longueur du déplacement. Mises en situation avec différentes options pour un résidant de Rosemont.

VISITE CHEZ IKEA, POUR ACHETER UNE ÉTAGÈRE, DANS L'ARRONDISSEMENT DE SAINT-LAURENT

car2go : 48,26 $ (soit 13,99 $ x 3 heures + taxes)

Auto-mobile : 41,40 $ (soit 12 $ x 3 heures + taxes)

Communauto : 16,50 $ (pour membres du forfait C qui louent du lundi au mercredi. Donc 2,30 $ x 3 heures et 40 cents du kilomètre x 24 kilomètres. Plus frais d'essence.)

VOUS ALLEZ DÉPOSER UN DOCUMENT À L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

Métro ou bus : 3 $

BIXI : 5 $ (abonnement de 24 h)

car2go : 8,28 $ (soit 38 cents la minute x 20 minutes + taxes)

Auto-mobile : 8,28 $ (soit 38 cents la minute x 20 minutes + taxes) quand on n'est pas membre de Communauto et 6,90 $ (soit 30 cents la minute x 20 minutes + taxes) quand on est membre de Communauto

VISITE AVEC VOTRE AMI DE PARIS DE L'ÎLE SAINTE-HÉLÈNE ET DU STADE OLYMPIQUE PUIS MAGASINAGE SUR LA RUE SAINTE-CATHERINE

Communauto : 33 $ du lundi au mercredi (soit 23 $ par jour + 40 cents x 25 km) ou 37 $ du jeudi au dimanche (soit 27 $ par jour + 40 cents x 25 km)

car2go : 83,92 $ (soit 72,99 $ par jour + taxes)

Auto-mobile : 57,49 $ (soit 50 $ par jour + taxes)

Métro-bus : 11 $ (ou 25,50 $ pour vous et votre ami avec achat de dix billets)

BALADE UN WEEK-END EN MONTÉRÉGIE

Communauto : 66,50 $ (soit 52,90 $ + 17 cents x 80 km)

Via Route : 95 $ (pour une voiture compacte, soit 36,85 $ par jour + taxes + essence)

Auto-mobile : 115 $ (soit 50 $ par jour x 2 jours + taxes)




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer