(Ottawa) Après s’être adressé aux parlementaires canadiens, le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, prendra la parole devant des étudiants canadiens, mercredi.

Publié le 21 juin
Mélanie Marquis
Mélanie Marquis La Presse

Des rassemblements ont été organisés dans des campus universitaires à travers le Canada, dont l’Université de Montréal, pour entendre le chef de la nation en guerre prononcer une allocution en direct de l’Ukraine, a annoncé mardi une représentante de l’ambassade de Kyiv à Ottawa.

Il sera présenté par la vice-première ministre et ministre des Finances du Canada, Chrystia Freeland.

À l’issue de son discours, il se prêtera à un exercice de questions et de réponses. Les étudiants auront ainsi l’opportunité de s’adresser au président ukrainien.

L’évènement sera diffusé à compter de 10 h, en direct, sur la chaîne YouTube de l’École Munk des affaires internationales et politiques publiques de l’Université de Toronto.

« C’est un grand privilège », a déclaré le président de l’établissement universisaire, Meric Gertler, dans un communiqué publié sur le site web de l’institution.

« L’Université de Toronto a un lien particulier avec l’Ukraine, et nous appuyons fermement tous les efforts visant à maintenir la paix, la sécurité internationale et la démocratie », a-t-il ajouté.

On s’attend à ce que le président Zelensky parle de la façon dont le Canada – et les universités canadiennes en particulier – appuient l’effort de l’Ukraine pour survivre à l’invasion de la Russie, indique l’institution.

Le président Zelensky s’était exprimé devant le Parlement canadien le 15 mars dernier, au jour 20 de l’invasion russe en Ukraine.

On en est maintenant au jour 118, et sur le terrain, les villes continuent d’être pilonnées.

L’offensive russe sur le Donbass se poursuit sans relâche, selon les autorités ukrainiennes, qui font état mardi de « destructions catastrophiques » à Lyssytchansk, ville voisine de Sievierodonetsk, où près de 570 personnes seraient désormais retranchées dans l’usine chimique Azot.

Avec l’Agence France-Presse