(Prince George) Les accusations ne sont plus retenues contre les deux journalistes qui ont été arrêtés le mois dernier alors qu’ils faisaient un reportage sur l’application par la GRC d’une injonction sur le chantier de construction d’un gazoduc dans le nord de la Colombie-Britannique.

Publié le 24 déc. 2021
La Presse Canadienne

Les documents déposés à la Cour suprême de la Colombie-Britannique montrent que la société qui construit le gazoduc Coastal GasLink a déposé des avis d’abandon des poursuites contre la photojournaliste Amber Bracken et le documentariste Michael Toledano.

Les deux journalistes avaient été accusés d’outrage au tribunal et ont été libérés sous condition par un juge trois jours après avoir été arrêtés en compagnie de membres du clan Gidimt’en, qui s’opposent à la construction du gazoduc sur le territoire Wet’suwet’en.

Mme Bracken et M. Toledano ne sont plus tenus de comparaître devant le tribunal en février ni de respecter les conditions de l’injonction accordée pour la première fois en décembre 2019.

« Le conseil d’administration de [l’Association canadienne des journalistes] a poussé un grand soupir de soulagement puisque le bon sens l’a emporté : les accusations erronées contre les journalistes Amber Bracken et Michael Toledano ont été abandonnées », a réagi l’Association canadienne des journalistes (ACJ).

L’arrestation des deux journalistes avait suscité l’indignation des médias à travers le pays, qui avaient demandés leur libération. Dans une lettre ouverte adressée au ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, les médias avaient indiqué qu’Amber Bracken effectuait un reportage pour le journal The Narwhal, et que Michael Toledano, qui habite depuis trois ans sur le territoire Wet’suwet’en, était sur les lieux dans le cadre de la réalisation d’un documentaire.

L’opposition des chefs héréditaires Wet’suwet’en au pipeline de 670 kilomètres a suscité des rassemblements et des blocages ferroviaires à travers le Canada l’année dernière, alors que le conseil élu de la Première Nation Wet’suwet’en et d’autres à proximité ont accepté le projet.

Le gazoduc transporterait du gaz naturel de Dawson Creek, dans le nord-est de la Colombie-Britannique, jusqu’à une installation de traitement à Kitimat.

Selon Coastal GasLink, le projet est plus qu’à moitié terminé : presque tout le tracé a été déblayé et 200 kilomètres de gazoduc ont été installés.

Avec Coralie Laplante, La Presse