(Ottawa) La responsable du centre d’intervention mis en place pour aider les victimes d’inconduites sexuelles militaires a déclaré que son organisation avait connu une explosion des appels à l’aide au cours de la dernière année.

Publié le 23 déc. 2021
La Presse Canadienne

Denise Preston, directrice générale du Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle, géré par des civils, a précisé que l’augmentation a coïncidé avec des allégations de comportement inapproprié de la part d’officiers supérieurs.

Elle a déclaré que de nombreuses victimes et survivantes ont également demandé de l’aide après avoir dû revivre les mauvais souvenirs et leur traumatisme afin d’être incluses dans l’accord de règlement du gouvernement dans plusieurs recours collectifs.

« Ce que nous avons vu, et cela s’est maintenu tout au long de l’année, c’est qu’une fois que les allégations ont commencé à éclater en février et mars, nous avons constaté une augmentation immédiate du volume d’appels », a déclaré la directrice du centre dans une interview.

« Certaines semaines, nous avons eu le double ou le triple d’appels que d’habitude », a-t-elle précisé.

Denise Preston a indiqué que le centre d’intervention a embauché plus de conseillers en raison de l’augmentation des appels.

Le centre est également le fer de lance de plusieurs nouvelles mesures pour le personnel militaire, les anciens combattants et les responsables civils.

Ces mesures comprennent un programme de soutien par les pairs et un processus de démarche réparatrice très attendu où les victimes peuvent parler de leurs expériences aux hauts responsables de la défense.

« Ce programme recèle un énorme potentiel de guérison et aussi de transformation de la culture », a déclaré Denise Preston à propos de la démarche réparatrice, qui démarrera sérieusement en janvier après des mois de consultations et de préparation.

Le centre, qui ne servait auparavant que le personnel militaire, mais s’est récemment agrandi pour aider les anciens combattants et les responsables de la défense civile, se prépare également à étendre son empreinte à travers le pays et fournira des fonds à davantage de centres communautaires.

Pourtant, même s’il se prépare à lancer ces initiatives, Denise Preston a déclaré que le centre se démène pour aider les victimes et les survivantes touchées par des mois de gros titres qui incluent des allégations sans précédent contre des commandants supérieurs.

Le personnel de la ligne d’urgence du centre n’a pas vu cela uniquement dans le nombre d’appels entrants ; Denise Preston a déclaré que la nature des appels avait également changé à mesure que de plus en plus de personnes prenaient le téléphone dans l’espoir de trouver du soutien et des conseils.

« La grande majorité des appels sont destinés à nos conseillers », a-t-elle déclaré. « Il s’agit vraiment de soutien. Les gens sont bouleversés par ce qu’ils entendent ou par ce que cela les fait penser à leur propre situation particulière. »

En conséquence, Denise Preston a déclaré qu’elle devait accorder la priorité à l’embauche de plus de conseillers, le nombre d’employés du centre a triplé depuis avril.

Le centre a été créé en 2016 après qu’un rapport cinglant de la juge à la retraite de la Cour suprême, Marie Deschamps, ait découvert une culture hautement sexualisée dans les Forces armées canadiennes. Le centre opère en dehors de la chaîne de commandement militaire, mais il dépend du ministère de la Défense pour son financement.

À la suite d’allégations contre plusieurs officiers supérieurs, des victimes et d’autres ont réclamé un centre véritablement indépendant dont le mandat comprend la surveillance de l’armée, comme Marie Deschamps l’avait initialement recommandé.

Denise Preston a indiqué qu’elle a demandé également à l’armée et au ministère de la Défense de fournir au centre plus d’informations sur les incidents d’inconduite sexuelle dans les rangs afin qu’il puisse assurer une meilleure surveillance, mais que les commandants militaires ont résisté pour des raisons de confidentialité.

Elle a également rencontré la juge à la retraite de la Cour suprême Louise Arbour, qui procède actuellement à un examen de la façon dont l’armée traite les allégations d’inconduite sexuelle et doit formuler des recommandations pour remédier à toute lacune.

Denise Preston reconnait, comme le suggèrent certains critiques, que le centre n’est pas totalement indépendant, mais elle espère que lorsque l’examen de Louise Arbour sera terminé, il comprendra des conseils sur son mandat et son mécanisme de traitement des plaintes.

« Nous aimerions vraiment que Madame Arbour clarifie cela en quelque sorte : que signifie notre indépendance ? Et indépendamment de qui et dans quel but ? »