(Iqaluit) Des militaires sont arrivés à Iqaluit pour aider la municipalité à régler la crise de l’eau potable qui y sévit depuis plusieurs jours.

La Presse Canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé vendredi que le premier ministre du Nunavut Joe Savikataag avait accepté l’aide fédérale pour le déploiement de soldats à Iqaluit afin de coordonner les opérations et fournir de l’eau potable.

Samedi soir, l’armée a indiqué que plus de 20 militaires étaient arrivés dans la capitale du Nunavut. Leur mission sera notamment d’installer des systèmes de purification d’eau par osmose inverse.

Les 8000 habitants de la ville n’ont plus accès à l’eau potable depuis près de deux semaines après qu’on eut trouvé des traces de carburants dans des échantillons.

Les résidants doivent aller puiser de l’eau à la rivière Sylvia Grinnell ou aller chercher des bouteilles d’eau gratuite à l’un des lieux de distribution. Les autorités municipales multiplient les efforts afin de déterminer la source de la contamination.

Dans un communiqué publié dimanche, elles ont déclaré que l’enquête s’orientait vers une possible présence d’hydrocarbure dans le sol ou la nappe phréatique à l’extérieur de l’usine d’épuration. Le produit aurait pénétré à l’intérieur d’une citerne.

« La citerne souterraine qui contenait une grande concentration de contaminants a été isolée. L’eau a été pompée. Des travaux de nettoyage y ont été exécutés, peut-on lire dans le communiqué. L’opération a été réussie. L’eau continue à être traitée et envoyée dans le système d’aqueduc. »

Toutefois, le système devra être vidangé de nouveau. L’ordre de ne pas consommer l’eau courante demeure en vigueur.

La municipalité a aussi indiqué qu’une évaluation environnementale des lieux était en cours. Les prochaines étapes dépendront des résultats des tests.

« Nous écouterons les conseils de nos experts pour corriger le problème », ont souligné les autorités.