Le gouvernement fédéral a conclu une entente de principe avec le syndicat qui représente les agents frontaliers du Canada.

La Presse Canadienne

L’accord, annoncé aujourd’hui après plus de 36 heures consécutives de pourparlers médiatisés, intervient après des grèves du zèle qui ont provoqué un important ralentissement à la frontière vendredi.

Cela survient également quelques jours seulement avant que l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) ne commence à assouplir les restrictions de voyage liées à la COVID-19 pour les citoyens américains et les résidents permanents entièrement vaccinés.

« Nous sommes soulagés que l’ASFC et le gouvernement progressent enfin pour régler les problèmes les plus importants pour nos membres afin d’éviter un conflit de travail prolongé », a déclaré Chris Aylward, président national de l’Alliance de la fonction publique du Canada, dans un communiqué.

« L’entente témoigne du travail acharné et du dévouement incroyable de notre équipe de négociation qui a travaillé toute la nuit pour parvenir à une entente. »

Les grèves du zèle ont exercé une « pression intense » sur le gouvernement « à chaque aéroport et passage frontalier à travers le pays », a-t-il ajouté.

De longues files de camions semi-remorques pouvaient être aperçues vendredi aux points frontaliers alors que les grèves du zèle ralentissaient le trafic à un rythme effréné, en particulier pour les expéditeurs commerciaux, tandis que les négociations qui ont commencé jeudi se sont étirées nuit et jour.

Les temps d’attente signalés pour les camionneurs au pont Pacific à Surrey, en Colombie-Britannique, ont atteint plus de cinq heures à mesure que l’après-midi avançait, tandis que les voyageurs réguliers cherchant à se rendre en Saskatchewan ont dû faire face à des retards tout aussi longs au point d’entrée du Dakota du Nord dans la ville de Portal.

Au pont Blue Water à Sarnia, en Ontario, les camions ont été bloqués pendant plus de trois heures, tout comme ils l’étaient au pont Peace entre Fort Erie, en Ontario, et la ville de Buffalo. Au pont Ambassador de Windsor, les camions et les véhicules de tourisme ont subi des retards similaires.

Les membres du Syndicat des douanes et de l’immigration de l’Alliance de la fonction publique du Canada, qui représente quelque 9000 employés de l’ASFC, étaient sans contrat à long terme depuis 2018.

Environ 90 % des travailleurs frontaliers de première ligne sont classés comme employés essentiels, une désignation qui les empêche de quitter leur travail.

Le syndicat avait lancé une vaste série de moyens de pression vendredi dans les aéroports canadiens, aux postes frontaliers terrestres, aux points d’entrée commerciaux, aux établissements postaux et à l’administration centrale.

Le président du Syndicat des douanes et de l’immigration, Mark Weber, a déclaré que l’accord reconnaissait le travail acharné dans lequel les membres se sont engagés bien avant le début de la pandémie.

« Enfin, après trois ans de négociations, nous avons résolu des problèmes de longue date qui contribueront grandement à faire de l’ASFC un meilleur lieu de travail et un endroit plus sûr pour nos membres », a déclaré Mark Weber.

L’accord de principe d’une durée de quatre ans, qui remonte à 2018, offre aux employés de l’ASFC une augmentation salariale moyenne de plus de 2 % par an, a déclaré le syndicat dans un communiqué.

Il fournit également ce que le syndicat appelle une meilleure protection contre la « discipline excessive » sur le lieu de travail, un comité national pour traiter les « problèmes de culture en milieu de travail », ainsi que des indemnités de repas payées pour les membres en uniforme.

L’accord comprend également une série d’améliorations des dispositions relatives aux congés et aux indemnités, notamment le traitement des griefs, une clause sur la violence domestique et une promesse de travailler à l’obtention de prestations de retraite anticipée pour les employés.

Dans un communiqué, le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada a indiqué que « l’offre reconnaît l’importance du travail des agents des services frontaliers et notre responsabilité envers les contribuables canadiens pour la conclusion d’une entente raisonnable, qui tient compte de la réalité économique du pays ».

Le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada a également précisé qu’il était resté à la table de négociations tout au long de ce processus, « déterminé à conclure un accord de bonne foi, comme doit être mené tout processus de négociations collectives moderne et constructif. »