(Washington) Les douaniers canadiens se préparent à une augmentation du nombre de voyageurs qui voudront entrer au pays pour le premier week-end complet depuis que les restrictions sanitaires ont commencé à être assouplies.

James McCarten La Presse Canadienne

L’Agence des services frontaliers du Canada affirme que le trafic entrant a augmenté d’environ 25 % depuis lundi, lorsque les restrictions de quarantaine ont été retirées pour les Canadiens et les résidents permanents qui sont entièrement vaccinés.

Le vice-président de la direction générale des voyageurs à l’agence, Denis Vinette, affirme que le nombre de personnes qui entrent au pays devrait encore croître en fin de semaine.

M. Vinette affirme que parmi les personnes cherchant à entrer au Canada en vertu de l’exemption, environ la moitié n’ont pas pu le faire, principalement parce qu’elles n’étaient pas complètement vaccinées ou qu’elles avaient reçu un vaccin non autorisé au Canada.

Seuls les citoyens canadiens et les résidents permanents qui ont reçu depuis au moins deux semaines l’un des quatre vaccins contre la COVID-19 approuvés par Santé Canada – Pfizer-BioNTech, Moderna, Oxford-AstraZeneca ou Johnson & Johnson – sont exemptés de quarantaine.

Les voyageurs doivent également utiliser l’application ArriveCAN ou le portail en ligne pour soumettre leurs informations sur leur état vaccinal et les résultats d’un test de COVID-19 négatif effectué au plus trois jours avant le départ.

« L’élément important que les gens doivent comprendre, c’est ce que l’on entend par "voyageur entièrement exempté", selon la définition du Canada », a déclaré M. Vinette en entrevue vendredi. « Il s’agit d’avoir reçu l’un des quatre vaccins de Santé Canada. Il s’agit d’avoir reçu […] les deux injections, et d’avoir eu 14 jours après votre deuxième injection. »

Parmi ceux qui ont demandé l’exemption, environ la moitié n’avaient eu qu’une seule dose, avaient reçu leur deuxième dose moins de 14 jours avant leur arrivée ou avaient reçu un vaccin autre que les quatre qui ont été approuvés au Canada, a-t-il mentionné.

« Je ne sous-entends pas que les gens essaient, vous savez, de se faufiler. C’est plus une question, je pense, de gens qui ne comprennent pas les règles. »

M. Vinette a indiqué que l’agence tenait à s’assurer que les voyageurs comprennent ce qui a changé et ce qui n’a pas changé, afin d’éviter des retards excessifs ou des problèmes aux points de contrôle frontaliers.

Il a soutenu que les retards n’ont pas été importants, sauf aux postes frontaliers très fréquentés comme Windsor-Detroit et Fort Erie, en Ontario, ou Pacific Highway, en Colombie-Britannique, où les temps d’attente lors des périodes de pointe étaient parfois de près de 45 minutes.

Nous en sommes seulement aux premiers jours de la nouvelle exemption, a commenté M. Vinette. « Lorsque vous observez que vous avez environ 50 % des gens qui ne sont peut-être pas admissibles, nous voulons nous assurer que nous n’accordons pas le droit d’être exemptés de quarantaine à ceux qui ne sont pas admissibles, surtout si cela pourrait créer un risque dans nos communautés. »

Le portail ArriveCAN est accessible sur Apple et Android ou en ligne via le site internet du gouvernement fédéral, à canada.ca. Les voyageurs doivent utiliser la plus récente version de l’application, qui a été mise à jour lorsque les règles ont changé lundi dernier.