(Ottawa) Il y a eu 309 912 décès au Canada en 2020, soit 20 619 de plus qu’en 2019 selon une compilation publiée vendredi par Statistique Canada.

Jean-Philippe Denoncourt
La Presse Canadienne

Sans surprise, ce sont les effets de la pandémie de COVID-19 qui ont eu un impact sur cette hausse significative du nombre de morts l’an dernier au pays.

D’ailleurs, l’agence fédérale signale que ce total de près de 310 000 morts a été supérieur de 16 333, ou de 5,6 %, par rapport au nombre auquel on aurait pu s’attendre s’il n’y avait pas eu de pandémie après avoir tenu compte des changements dans la population, comme le vieillissement, par exemple.

Statistique Canada signale que la pandémie pourrait aussi avoir eu des répercussions indirectes qui font augmenter ou diminuer le nombre de décès en raison de différents facteurs, dont le report de procédures médicales ou l’augmentation de la consommation d’alcool ou de drogues.

Au cours de la pandémie, il y a eu des changements dans les groupes d’âge touchés au Canada par la surmortalité, un phénomène qui se produit lorsque le nombre de décès enregistrés au cours d’une période est supérieur à celui qui serait normalement attendu.

Ainsi, Statistique Canada a observé qu’au cours du printemps 2020, le nombre de décès déclarés chez les Canadiens âgés de moins de 45 ans était 12 % plus élevé que le nombre auquel on pouvait s’attendre. Or, pendant l’automne, cette proportion a été de 19 % supérieure à celle attendue.

Comme aucune augmentation des décès causés par la COVID-19 n’a été enregistrée pour ce groupe d’âge, ces changements semblent indiquer une augmentation des décès qui peuvent être indirectement associés à la pandémie ou à d’autres facteurs, d’après Statistique Canada. Par exemple, dans certaines provinces en 2020, on a observé une augmentation des décès liés aux surdoses par rapport aux années précédentes.

Par ailleurs, Statistique Canada rappelle que le Canada et les États-Unis ont tous deux commencé à observer une surmortalité en mars 2020, à peu près au moment où l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que la COVID-19 était une pandémie mondiale. Or, environ 5 % du nombre total de décès déclarés au Canada en 2020 étaient attribuables à la COVID-19, comparativement à 11 % aux États-Unis.

Alors qu’en 2020 le Canada comptait 5,6 % de décès de plus que le nombre auquel on aurait pu s’attendre s’il n’y avait pas eu de pandémie, l’écart a été de 17,4 % aux États-Unis, ce qui s’est traduit dans ce pays par 506 906 décès en surnombre selon les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis.

Au Canada, 55 % des décès imputables à la COVID-19 sont survenus chez les personnes de plus de 85 ans, tandis qu’aux États-Unis, les personnes de 65 à 84 ans ont été les plus touchées et ont représenté 49 % des décès liés au coronavirus en 2020.