Un soldat des Forces armées canadiennes (FAC) est décédé samedi, après avoir été atteint par balle vendredi soir, lors d’un entraînement tenu à la base militaire Wainwright, en Alberta. Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur les événements.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

C’est lors d’un « exercice de tir réel » que le soldat, dont on ignore pour le moment l’âge et l’identité, aurait été touché. Les faits se sont produits vers 22 h, vendredi soir, selon les informations du ministère de la Défense nationale.

« Le soldat a immédiatement reçu des soins sur place et il a été conduit à un hôpital [à proximité]. Il a ensuite été transporté par voie aérienne vers un hôpital d’Edmonton, où il a malheureusement succombé à ses blessures, le matin du 31 octobre », se désole l’organisation gouvernementale, dans une déclaration.

Entre-temps, l’exercice ayant causé la mort du militaire a été suspendu. « Une enquête est en cours », indique-t-on, en ajoutant que d’autres renseignements seront donnés sur cette affaire « en temps opportun ».

Si les proches du défunt ont été mis au courant, son identité ne sera pas révélée pour l’instant, affirme le ministère, puisque celui-ci en est « à confirmer les souhaits de la famille » pour la suite. « Nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille et aux amis de notre camarade disparu. Les Forces armées canadiennes seront là pour soutenir la famille pendant cette période difficile », assurent les autorités.

Sur Twitter, les Forces armées canadiennes ont dit avoir le « cœur lourd ». Le général et chef d’état-major de la Défense, Jonathan Vance, a aussi offert ses condoléances à la famille et aux amis du soldat décédé. « Nous divulguerons son nom lorsque toute sa famille aura été avisée », a-t-il promis au passage.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a aussi réagi à la nouvelle, samedi. « Nos pensées vont à ses proches et à ses collègues. Nous pleurons avec vous », a-t-il dit, en qualifiant l’incident de « tragique ».