Une pétition visant à empêcher le gouvernement Trudeau de bannir les armes d’assaut de type militaire est devenue ces derniers jours la pétition électronique la plus signée de l’histoire canadienne sur le site de la Chambre des communes.

Tristan Péloquin Tristan Péloquin
La Presse

Déposée le 17 décembre dernier, la pétition e-2341 avait récolté plus de 138 000 signatures en date de jeudi. Le député conservateur albertain Glen Motz, qui en est le parrain, se réjouit de sa popularité. « Elle a dépassé en un mois un nombre de signatures que d’autres pétitions très populaires ont mis six mois à atteindre. C’est rare qu’autant de personnes s’expriment ainsi. J’espère que M. Trudeau va les entendre », dit M. Motz.

Le gouvernement Trudeau a officiellement mandaté son ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, pour qu’il entame des démarches afin d’« interdire toutes les armes d’assaut de type militaire et de prévoir un programme de rachat » pour celles-ci. Le mandat prévoit aussi de donner plus de pouvoir aux municipalités qui souhaitent « restreindre davantage les armes de poing ».

La pétition a été en partie initiée par Guy Morin, porte-parole du groupe de pression pro-arme Tous contre un registre québécois des armes à feu, et par Tracy Wilson, de la Coalition canadienne pour le droit aux armes à feu.

Elle a récolté un grand nombre de signatures en Ontario (45 533), en Alberta (30 585) et en Colombie-Britannique (26 682). C’est cependant le Yukon, avec 550 signatures pour 41 000 habitants, qui a le plus haut taux de participation.

On ne comptait jeudi que 10 104 signataires du Québec. « Le contrôle des armes, depuis la tuerie de Polytechnique, a toujours été populaire au Québec. Les tireurs sportifs ont l’habitude de se cacher. Mais à force de restreindre leurs droits, la situation est en train de changer. Les chasseurs se sentent de plus en plus impliqués et veulent eux aussi défendre le droit d’avoir des armes de poing et semi-automatiques », avance M. Morin.

Plusieurs commerces d’arme à feu ont incité leurs clients à signer la pétition, affirme M. Morin.

La précédente pétition électronique la plus populaire sur le site de la Chambre des communes, déposée en novembre 2015, visait à inciter le gouvernement à entreprendre une réforme électorale. Elle a récolté 130 452 signatures.