Source ID:a5447b0a22da3a45b56b99a07647c438; App Source:StoryBuilder

Une Torontoise reconnue coupable d'agressions «au nom de l'EI»

Une femme de la région de Toronto qui a reconnu avoir agressé «au nom de l'EI»... (Photo Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Photo Archives La Voix de l'Est

PAOLA LORIGGIO
La Presse Canadienne
Toronto

Une femme de la région de Toronto qui a reconnu avoir agressé «au nom de l'EI» des employés d'un magasin Canadian Tire avec un bâton de golf et un couteau de boucher a été reconnue coupable, jeudi, de plusieurs chefs liés au terrorisme.

Les jurés n'ont délibéré qu'un peu plus d'une heure avant de rendre leur verdict contre Rehab Dughmosh, qui avait été arrêtée en juillet 2017 sur les lieux de l'attaque perpétrée dans un centre commercial de l'est de Toronto. La femme avait d'abord été accusée de 21 chefs, mais la poursuite en a finalement retenu quatre, dont deux d'agression armée et un de port d'arme. Elle a également été accusée d'avoir quitté le Canada dans le but de commettre un crime - elle avait tenté de gagner la Syrie en avril 2016.

Dughmosh, qui s'est représentée elle-même au procès, n'a pas offert de défense ; elle a aussi refusé de présenter ses plaidoiries finales au jury avant les délibérations de jeudi. La seule preuve présentée aura été l'exposé conjoint des faits, ce qui est assez inhabituel dans un procès devant jurés.

Dans son plaidoyer final, jeudi, le procureur fédéral a soutenu que cet exposé conjoint démontrait «clairement» que l'accusée avait commis les infractions dans l'espoir d'aider le groupe armé État islamique, dont elle avait suivi les gestes et les vidéos. Il a rappelé qu'au moment des agressions, la femme avait littéralement lancé «Ceci est pour l'EI», s'était vêtue d'un drapeau du groupe armé État islamique, avait enroulé un bandana de l'EI autour de sa tête et répété à plusieurs reprises qu'elle agissait pour l'EI.

La juge Maureen Forestell, de la Cour supérieure de l'Ontario, a expliqué au jury que lorsque les faits sont ainsi admis, la Couronne n'a pas à présenter de preuve supplémentaire.

Le 3 juin 2017, l'inculpée a rempli plusieurs sacs avec des armes de fortune, dont un marteau, des ciseaux, 31 brochettes de barbecue en métal et 76 pailles avec des vis collées au bout, selon l'exposé conjoint des faits. Elle a également dissimulé dans sa robe un arc et un couteau de boucher de 20 centimètres.

Mais en sortant, elle a croisé son ex-mari, qui a confisqué les sacs d'armes de fortune ; il n'a toutefois pas vu les armes dissimulées sous sa robe. Une fois au magasin Canadian Tire, elle a tenté de s'en prendre à trois employés avec un bâton de golf, puis le couteau de boucher, mais elle a été maîtrisée au sol. Personne n'a été sérieusement blessé dans les agressions.

Une audience de détermination de la peine est prévue lundi et les avocats devraient indiquer si Dughmosh devrait se soumettre à une évaluation mentale. L'accusée avait déjà subi une évaluation psychologique et elle a été jugée apte à subir son procès.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer