Le Bureau de la sécurité des transports (BST) participera finalement à l'enquête responsable de faire la lumière sur les causes et les circonstances du tragique accident d'autobus qui a fait trois morts et 23 blessés vendredi dernier à Ottawa.

Mis à jour le 16 janv. 2019
FANNY LÉVESQUe LA PRESSE

La police d'Ottawa a confirmé aujourd'hui avoir « accepté l'aide » offerte par le BST pour notamment « bonifier » le volet reconstitution de l'enquête policière. Le BST pourra aussi se pencher sur l'inspection de l'autobus à impériale qui a percuté de plein fouet un abribus situé en bordure d'une voie de transit exclusive aux autobus à la station Westboro.

Le BST viendra également « appuyer » les travaux du Bureau du coroner de l'Ontario, qui s'attarde notamment à établir la cause de la collision et à déterminer tous les facteurs ayant contribué aux décès et à la gravité des blessures des passagers.  

« Après avoir consulté mon équipe d'enquêteurs, j'ai accepté l'offre d'aide de la part du Bureau de la sécurité des transports, et nous avons fait une demande officielle en ce sens auprès de lui », a affirmé le chef de police d'Ottawa, Charles Bordeleau, lors d'un point de presse mercredi après-midi.

Il faut comprendre que le BST n'a pas l'autorité d'enquêter sur les tragédies routières. Le service de police d'Ottawa demeure l'organisme principal responsable de l'enquête. Transports Canada et le ministère provincial des Transports agissent en soutien aux travaux de la police d'Ottawa, tout comme la police provinciale de l'Ontario et la GRC.

« Le BST ne jouera aucun rôle dans l'attribution ou la détermination des responsabilités civiles ou pénales. Il n'offrira aucune analyse à la portion criminelle de l'enquête », a précisé le chef Bordeleau.

La police d'Ottawa a également promis de rendre publiques ses recommandations liées à des enjeux de sécurité, s'il devait y en avoir, et d'aviser OC Transpo et la Ville d'Ottawa.

Le mystère demeure entier sur les causes de l'accident. Les autorités policières d'Ottawa se refusent à tout commentaire sur la question en raison de l'enquête en cours. Dès les premières heures suivant le drame, le chef Bordeleau a prévenu que l'enquête « sera longue, détaillée et complexe ».

Le chef de la police a précisé mercredi que seule la conduite en état d'ébriété était actuellement exclue comme hypothèse pour expliquer cette tragédie. 

L'identité des trois victimes a été révélée lundi dernier. Il s'agit de Bruce Thomlinson, 56 ans, Judy Booth, 57 ans, et Anja Van Beek, 65 ans. Le chef de la police d'Ottawa confirme que les trois personnes mortes se trouvaient à bord du véhicule lorsqu'il a heurté l'abribus d'une gare à l'heure de pointe.

La police avait d'abord cru que deux de ces victimes se trouvaient à bord de l'autobus à impériale d'OC Transpo et que la troisième était sur le quai de la gare de Westboro. Le chef Bordeleau a aussi indiqué que deux personnes avaient été éjectées de l'autobus lors de l'accident, mais qu'elles avaient survécu et étaient en convalescence à l'hôpital pour d'« importantes blessures ».

- Avec La Presse canadienne