Un rapport du coroner en chef de l'Ontario, qui recommande d'obliger le port du casque à vélo, n'ébranle pas les convictions de Vélo Québec, qui prône le libre choix en la matière.

Charles Côté LA PRESSE

Après avoir examiné les circonstances entourant 129 morts de cyclistes en Ontario de 2006 à 2010, le coroner recommande d'étendre à tous les cyclistes l'obligation du port du casque, déjà en vigueur dans cette province pour les moins de 18 ans.

«Le message... est simple: le port du casque par tous les cyclistes devrait être encouragé et soutenu», affirme le coroner en chef de l'Ontario, dans un rapport publié lundi.

Il recommande donc que le Code de la sécurité routière de la province soit modifié «pour rendre le port du casque obligatoire».

Mais il reconnaît qu'il y a «des divergences d'opinions sur le fait qu'il soit valable ou non d'imposer le port du casque par une loi» et que cela devra être fait «dans le contexte d'une évaluation de l'impact de l'obligation de porter le casque sur l'activité cycliste».

Le port du casque obligatoire, selon Suzanne Lareau, de Vélo Québec, «c'est la solution du paresseux».

«Quand je lis le rapport du coroner en Ontario, je vois aussi toutes les autres recommandations, comme le concept de complete street, où les rues sont conçues de façon à ce que tous aient un espace sécuritaire.»

«Il parle aussi des accotements asphaltés le long des routes, alors qu'il y a un plan en ce sens au Québec depuis 17 ans.»

«Par contre, il ne parle pas du tout de l'éclairage sur les vélos, alors que 30% des morts sont survenues le soir. Je suis étonnée.»

Mme Lareau estime que la sécurité de la pratique du vélo en général et le port du casque en particulier ne cessent de progresser au Québec, sans législation.

«Notre réticence n'est pas sur le port du casque, mais sur son imposition, dit-elle. J'ai le droit de fumer malgré le fait que 10 000 personnes meurent chaque année.»

Elle remarque que 86% des morts recensés dans le rapport en Ontario sont des hommes, signe qu'il faut travailler sur les attitudes plus que sur l'équipement.

«Les hommes sont plus téméraires», dit-elle.

Le port du casque rend-il les hommes plus téméraires?

«Avez-vous vu moins de blessures au hockey depuis que les joueurs ont des super casques? C'est la même chose en vélo. C'est une question de comportement.»

«Les Pays-Bas sont le pays où il y a le plus de cyclistes et qui a le meilleur bilan routier cycliste du monde et moins de 5% des gens y portent un casque.»

«Il faut travailler sur la visibilité, sur le respect des règles par tous et sur les conditions de pratique», insiste Mme Lareau.

______________________________________

Les risques du vélo en chiffres

En Ontario

> 129 morts en 5 ans (105 au Québec de 2005 à 2009)

> Le mois le plus meurtrier: septembre

> L'heure la plus dangereuse: de 20h à 22h

> 51% des morts avaient 45 ans et plus

> 86% étaient des hommes

Suggestions applicables au Québec

> Redessiner les rues en fonction de tous les usagers

> Encouragements au port du casque

> Port du casque obligatoire avec évaluation de l'impact sur l'activité cycliste

> Règle d'un mètre de dégagement au moment du dépassement

> Protection latérale sous les camions

(Sources: Bureau du coroner en chef de l'Ontario, Bureau du coroner en chef du Québec)