Le Nouveau parti démocratique (NPD) met au défi le ministre fédéral de l'Immigration, Jason Kenney, de débattre de la torture et des crimes de guerre, et de considérer si l'ancien vice-président des États-Unis Dick Cheney devrait se voir interdire l'entrée au Canada.

Keven Drews LA PRESSE CANADIENNE

Le porte-parole néo-démocrate en matière d'immigration, Don Davies, soutient que M. Cheney ne devrait pas être admis au Canada pour faire la promotion de son livre In My Time: A Personal and Political Memoir au cours d'un dîner sur invitation à 500$ la place, ce lundi soir à Vancouver.

M. Davies fait valoir que Dick Cheney a reconnu publiquement avoir autorisé et endossé l'utilisation de techniques d'immersion dans l'eau et de privation de sommeil alors qu'il était vice-président dans l'administration Bush. Le député néo-démocrate affirme que ces techniques d'interrogatoires violent les lois canadiennes et internationales.

M. Davies souligne que des articles de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés stipulent que toute personne ayant été impliquée dans certaines de ces pratiques ne doit pas être admise au Canada. Il demande simplement au ministre de l'Immigration de faire respecter la loi.

Selon le député, le gouvernement fédéral a été silencieux sur la question, et il se dit prêt à en débattre avec Jason Kenney.

Le ministre Kenney n'a pas fait de commentaires, mais un porte-parole a indiqué que des fonctionnaires hautement qualifiés qui sont au fait des lois sur l'immigration au Canada prennent des décisions au cas par cas sur l'entrée d'individus au pays.

Le porte-parole de Dick Cheney n'a pu être joint pour commenter la controverse que sa visite soulève.

L'ancien vice-président a souvent défendu vigoureusement et publiquement les techniques d'interrogatoires de détenus utilisées au cours des années de présidence de George W. Bush, soutenant qu'elles avaient permis de sauver des centaines de milliers de vies.

L'événement exclusif de lundi soir au Vancouver Club est déjà à guichets fermés, a indiqué Leah Costello, fondatrice du «Bon Mot Book Club». Elle a fait valoir que les organisateurs souhaitaient stimuler la discussion et ont décidé d'inviter M. Cheney en raison du 10e anniversaire des attentats du 11-Septembre, et de la publication des mémoires de l'ancien vice-président.

Mme Costello a dit particulièrement apprécier au Canada l'importance accordée à la liberté d'expression.

Plusieurs manifestants attendus

Des manifestants promettent un accueil bruyant à l'ancien vice-président des États-Unis.

Ceux-ci entendent protester contre son appui aux politiques de l'ex-président George W.Bush en matière de traitement des détenus.

Pour sa part, le groupe Human Rights Watch demande à Ottawa de déposer des accusations criminelles contre Dick Cheney pour son rôle présumé dans la torture de deux prisonniers canadiens, Maher Arar et Omar Khadr.